72 % des Français convaincus par l’homéopathie

, par  Léa Vandeputte

Une majorité de Français juge les médecines complémentaires, dont l’homéopathie, bénéfiques pour la santé et plus de la moitié y a recours pour se soigner. De leur côté, les professionnels de santé mettent en doute leurs éventuels bienfaits.

Pour son « Baromètre santé 360 », l’institut Odoxa a interrogé par Internet des Français et des professionnels de santé, entre décembre 2018 et janvier 2019, sur leur perception des médecines alternatives et complémentaires (MAC). Les résultats font état de divergences d’opinion entre les patients et les soignants.

Un recours sous-estimé

68 % des 995 Français interrogés disent, en effet, croire aux bienfaits des MAC contre 66 % des 515 professionnels de santé consultés. Cette différence est plus marquée quand on prend en compte seulement l’avis des médecins : ils sont 56 % à y croire. L’ostéopathie et l’acupuncture arrivent en tête des spécialités plébiscitées par les patients avec, respectivement, 85 % et 78 % d’opinions favorables. En troisième position, l’homéopathie convainc 72 % des sondés. Chez les soignants, ce sont l’hypnose et l’ostéopathie qui recueillent le plus de suffrages (83 %). En revanche, l’homéopathie est en fin de tableau avec 49 %. « Cet attrait des Français pour les MAC se retrouve dans leur comportement : plus d’un Français sur deux (52 %) a recours à l’homéopathie (et un sur trois aux autres médecines alternatives) pour se soigner », notent les auteurs du baromètre. En cas de déremboursement, 6 sur 10 déclarent d’ailleurs qu’ils continueraient à en prendre. « Les soignants, et notamment les médecins, sous-estiment totalement ce recours à l’homéopathie de leurs patients : ils estiment en moyenne qu’un quart de leurs patients y ont recours, alors qu’en réalité ils sont deux fois plus nombreux à le faire », ajoute Odoxa.

Une méconnaissance et un manque de formation

Autre enseignement de ce baromètre : seul un soignant sur trois et un médecin sur quatre a déjà recommandé de l’homéopathie alors qu’ils sont deux fois plus nombreux à l’avoir fait pour une autre MAC. Dans 51 % des cas, les médecins ont prescrit de l’homéopathie sans vraiment croire à son efficacité, dans 41 % des cas parce qu’ils croient à son effet placebo et dans 8 % des cas parce que le patient l’exige. Mais, les patients comme les professionnels de santé reconnaissent leur manque de connaissances sur le sujet. 68 % des médecins disent ne pas avoir suivi de formation dédiée et 56 % des Français n’ont pas d’idée précise de la façon dont est « fabriquée » l’homéopathie et des principes sur lesquels elle repose. Alors pourquoi faire confiance à l’homéopathie ? Neuf sondés sur 10 estiment qu’elle propose des produits et des méthodes plus naturels que les médicaments classiques et 88 % qu’elle fait moins mal à l’organisme. « Mais cela ne signifie pas qu’une majorité des Français aurait moins confiance dans la médecine traditionnelle, ni même qu’ils jugeraient ces traitements alternatifs plus efficaces », concluent les auteurs.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)