Hémochromatose : mieux soigner grâce au dépistage précoce

, par  Delphine Delarue

Pour l’association Hémochromatose France, la Semaine nationale de sensibilisation à l’hémochromatose, une maladie caractérisée par une surcharge de fer dans l’organisme, est l’occasion de rappeler l’importance du diagnostic précoce. Plus on la dépiste tôt, plus la maladie restera bénigne. En revanche, si elle est détectée après 50 ans, ses conséquences peuvent être très graves, voire mortelles.

Mieux connaître la maladie et se faire dépister : c’est l’unique message véhiculé par l’association Hémochromatose France à l’occasion de la semaine nationale de sensibilisation à cette affection génétique, qui se déroule du 27 mai au 1er juin. Souvent grave, extrêmement douloureuse, responsable d’invalidités et de 2 000 décès par an, l’hémochromatose, due à une surcharge en fer dans le sang, concernerait une personne sur trois cents dans notre pays. Cette maladie étant mal connue et asymptomatique pendant les vingt premières années de vie, il peut se passer des décennies avant que le diagnostic ne soit posé, souvent tardivement, entre 50 et 65 ans, lorsque les organes sont déjà très altérés.« La maladie provoque alors différents maux invalidants, pénibles, comme une fatigue extrême, une destruction articulaire ou un diabète insulinorequérant, des maladies graves comme une cardiomyopathie et d’autres mortelles comme une cirrhose ou un cancer », précise l’association dans un communiqué. Autres symptômes possibles : des troubles sexuels (impuissance, baisse de la libido…), de l’arthrose, une mélanodermie (pigmentation grise ou verdâtre de la peau), des atteintes hépatiques, des problèmes cardiaques… L’état du patient malade depuis de longues années nécessite des traitements très lourds, comme la mise en place de prothèses de hanche, de genou, d’épaule, de cheville, ainsi que d’autres prescriptions pour soigner les maladies handicapantes engendrées.

Un traitement efficace par saignées

Or, dépistée tôt, l’hémochromatose reste bénigne et se soigne facilement. Le traitement consiste à pratiquer des saignées hebdomadaires de 400 à 500 ml en moyenne durant un ou deux ans, en fonction de la surcharge en fer. Ensuite, les saignées, qui seront pratiquées à vie, s’espacent afin de maintenir une ferritinémie (taux de stockage du fer dans l’organisme) située entre 50 et 100 ng/ml. Si le traitement peut sembler contraignant, il est simple, efficace, peu coûteux et très bien toléré cliniquement. Grâce aux saignées, certains symptômes comme l’asthénie, la mélanodermie et les troubles cardiaques peuvent s’atténuer et parfois même disparaître. Les douleurs articulaires et le diabète en revanche persistent, surtout lorsqu’ils sont installés de longue date. C’est la raison pour laquelle Hémochromatose France insiste sur l’importance du diagnostic précoce. Selon l’association, le dépistage par tests biologiques (prise de sang), pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie depuis 2007, devrait être systématique dès l’âge de 20 ans à la moindre suspicion, en particulier auprès des jeunes dont un parent est atteint.

Source
- « Semaine nationale de sensibilisation à l’hémochromatose : 27 mai–1er juin 2013 », dossier de presse de l’association Hémochromatose France.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS