Haro sur les césariennes de confort

, par  Vanessa Pageot-Françoise

L’OMS épingle l’explosion des césariennes dans le monde. La Chine et Chypre arrivent en tête : un accouchement sur deux y est réalisé par césarienne. En France, leur nombre reste élevé : 21 %.

Une « culture de la césarienne », phénomène « épidémique » tant dans les pays en développement que développés, s’alarme l’Organisation mondiale pour la santé (OMS). Elle pointe les césariennes dites de confort, planifiées par les praticiens pour faciliter la prise en charge des patientes et des nouveau-nés ou pour des questions d’organisation interne du service. La demande de la part des femmes est elle aussi croissante pour raisons médicales ou culturelles. En Chine, par exemple, où la moitié des accouchements a lieu par césarienne, certaines dates sont très prisées, garantes d’un bon « Feng shui » pour le futur bébé. En Europe, c’est Chypre qui détient le record avec 50 % des naissances. Le taux est de 35 % en Italie, mais seulement de 7 % en Islande.

Une césarienne sur cinq accouchements en France

L’Hexagone se place dans la moyenne européenne (23 %) avec 21 % de césariennes. Selon une étude menée en Auvergne en 2013, un tiers des césariennes programmées n’étaient pas justifiées sur un plan médical. Or, comme toute intervention chirurgicale, les césariennes ne sont pas anodines, rappelle l’OMS. La principale séquelle est une cicatrice dans la paroi de l’utérus qui, lors de la grossesse suivante, peut lâcher au cours du travail, entraînant des risques d’hémorragie, d’infection ou d’hystérectomie d’urgence. L’agence onusienne recommande, quel que soit le pays, de limiter le taux de césariennes entre 10 et 15 % des grossesses.

Source
- « La césarienne : une intervention à ne pratiquer qu’en cas de nécessité médicale », communiqué de presse de l’OMS, 10 avril 2015.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

ARTICLES RÉCENTS