Haro sur les césariennes de confort

, par  Vanessa Pageot-Françoise

L’OMS épingle l’explosion des césariennes dans le monde. La Chine et Chypre arrivent en tête : un accouchement sur deux y est réalisé par césarienne. En France, leur nombre reste élevé : 21 %.

Une « culture de la césarienne », phénomène « épidémique » tant dans les pays en développement que développés, s’alarme l’Organisation mondiale pour la santé (OMS). Elle pointe les césariennes dites de confort, planifiées par les praticiens pour faciliter la prise en charge des patientes et des nouveau-nés ou pour des questions d’organisation interne du service. La demande de la part des femmes est elle aussi croissante pour raisons médicales ou culturelles. En Chine, par exemple, où la moitié des accouchements a lieu par césarienne, certaines dates sont très prisées, garantes d’un bon « Feng shui » pour le futur bébé. En Europe, c’est Chypre qui détient le record avec 50 % des naissances. Le taux est de 35 % en Italie, mais seulement de 7 % en Islande.

Une césarienne sur cinq accouchements en France

L’Hexagone se place dans la moyenne européenne (23 %) avec 21 % de césariennes. Selon une étude menée en Auvergne en 2013, un tiers des césariennes programmées n’étaient pas justifiées sur un plan médical. Or, comme toute intervention chirurgicale, les césariennes ne sont pas anodines, rappelle l’OMS. La principale séquelle est une cicatrice dans la paroi de l’utérus qui, lors de la grossesse suivante, peut lâcher au cours du travail, entraînant des risques d’hémorragie, d’infection ou d’hystérectomie d’urgence. L’agence onusienne recommande, quel que soit le pays, de limiter le taux de césariennes entre 10 et 15 % des grossesses.

Source
- « La césarienne : une intervention à ne pratiquer qu’en cas de nécessité médicale », communiqué de presse de l’OMS, 10 avril 2015.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS