Halte à la grippe saisonnière

, par  Pauline Maisterra

Nez qui coule, toux, yeux rouges…, les symptômes ne trompent pas : ce sont ceux de la grippe. Pour l’éviter, mieux vaut se faire vacciner, car, comme l’indique la nouvelle campagne de sensibilisation lancée le 10 octobre dernier, « la grippe, ce n’est pas rien ».

« Le recours à la vaccination est en baisse depuis plusieurs années, même chez les sujets âgés », alerte l’Assurance maladie sur son site Internet. Une situation préoccupante, car la grippe est potentielle dangereuse : « On compte à peu près 700 morts directs et autour de 7 000 indirects », rappelle le docteur Jean-Marie Cohen, médecin épidémiologiste et directeur d’Open Rome, le réseau d’Observation des maladies et des épidémies. « Depuis la pandémie de 2009, poursuit-il, environ 10 millions de personnes se sont fait vacciner, contre 13 millions avant… » Un constat qu’a également fait le docteur Philippe Marissal, vice-président du syndicat des médecins généralistes MG France : « Depuis le 15 septembre, un seul de mes patients m’a posé des questions sur le vaccin contre la grippe, alors que d’habitude j’en ai beaucoup plus. » La raison ? La méfiance de la population due à un manque d’informations. « Je suis près de la frontière suisse, précise le docteur Cohen, et j’entends dire de l’autre côté qu’il ne faut pas se faire vacciner, car il y aurait des risques de leucémie, alors que c’est complètement faux. » La polémique autour du vaccin contre l’hépatite B, qui serait à l’origine de sclérose en plaques, et le fiasco du vaccin contre la grippe H1N1 n’ont rien arrangé. Il faut donc rassurer : « Le vaccin contre la grippe est un vaccin anodin, sans danger, martèle le docteur Cohen. Les virus injectés sont des virus inactivés. »

La population visée

L’Assurance maladie recommande à certaines catégories de la population de se faire vacciner et les rembourse à 100 %. Parmi elles, les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes atteintes d’une maladie chronique (asthme, diabète, insuffisance cardiaque…), les femmes enceintes, les personnes obèses, les professionnels de santé et ceux travaillant avec des enfants ou des individus vulnérables. Selon le docteur Cohen, « si un personnel soignant ne se fait pas vacciner, c’est une faute professionnelle : on sait que le vaccin chez une personne âgée en Ehpad, par exemple, fonctionne moins bien, puisque son système immunitaire est moins performant ». Et côté enfants, selon l’Assurance maladie, s’ils n’ont pas d’affection, ce ne sont pas des personnes à risque. « C’est en discussion », atténue le docteur Cohen, qui fait remarquer : « Au Japon, des chercheurs se sont aperçus que lorsqu’une vaccination infantile était mise en place, il y avait moins de morts chez les personnes âgées, et quand elle a été stoppée, le taux de mortalité a augmenté. » Certains pays ont donc décidé de prendre les devants, comme l’Angleterre ou encore les Etats-Unis.
« Il faut également savoir que les malades souffrant de la grippe sont contagieux trois à quatre jours avant et quatre à cinq jours après », souligne le docteur Cohen. Alors se faire vacciner, c’est aussi protéger l’autre, car la grippe peut toucher n’importe qui, quel que soit l’âge, et pour que les anticorps nécessaires soient formés, il faut compter deux semaines après l’injection.

Adoptez les bons gestes contre la grippe saisonnière
• Avoir tout simplement une vie saine (alimentation équilibrée, sport, etc.).
• Se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou avec du gel hydro-alcoolique.
• Eviter de faire la bise à quelqu’un qui a le nez qui coule ou qui tousse.
• Aérer sa chambre au moins cinq minutes par jour.

 

Sources
- « Grippe saisonnière : campagne de vaccination », Service-public.fr, 14 octobre 2014.
- « La vaccination contre la grippe est lancée », Pauline Fréour, Le Figaro, 14 octobre 2014.
- « Vaccination contre la grippe : 10 millions de personnes ciblées », Pourquoidocteur.fr, 15 octobre 2014.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

ARTICLES RÉCENTS