Grippe : une épidémie plus sévère que l’an passé

, par  Delphine Delarue

Désormais présente dans toutes les régions de France métropolitaine, l’épidémie de grippe se distingue cette année par une « ampleur exceptionnelle », selon le ministère de la Santé. Avec la Direction générale de la santé (DGS), Agnès Buzyn a appelé chacun à respecter les gestes de prévention élémentaires. Ces « barrières de protections » doivent notamment être renforcées dans les établissements scolaires.

En quatre semaines d’épidémie, 936 000 personnes ont été touchées, dont 818 admises en réanimation. Cette année, la grippe est «  d’une ampleur exceptionnelle, par le nombre de cas, qui risquent de dépasser ceux des deux dernières années », indique le ministère de la Santé dans un communiqué. Toutes les régions de France métropolitaine sont concernées. Des taux d’incidence particulièrement élevés ont été observés en Provence-Alpes-Côte d’Azur (785 cas pour 100 000 habitants), en Auvergne-Rhône-Alpes (642) et en Occitanie (517). La semaine dernière, le syndrome grippal a motivé 423 consultations de médecine ambulatoire pour 100 000 habitants et 8 518 passages aux urgences, dont 15 % ont entraîné une hospitalisation. Parmi les cas admis en réanimation depuis le début de l’épidémie, « 70 sont décédés : 3 étaient âgés de moins de 5 ans, 29 de 15 à 64 ans et 38 de 65 ans et plus », précise l’agence Santé publique France dans des données publiées le 10 janvier. A noter que ces chiffres n’intègrent pas les personnes décédées à leur domicile ou en maison de retraite.

Les jeunes particulièrement touchés

Si l’an passé la grippe avait causé le décès d’environ 14 400 patients, dont une large majorité de personnes de plus de 75 ans, les jeunes sont particulièrement touchés cette saison. Ainsi, « 49 % des passages aux urgences pour syndrome grippal concernent les moins de 15 ans et près de 20 % conduisent à une hospitalisation », note le ministère de la Santé. De son côté, l’agence Santé publique France relève, sur la semaine du 11 au 17 décembre, « un excès de mortalité toutes causes […] chez les 15-64 ans ». Un phénomène qui pourrait s’expliquer par l’épidémie, et notamment par le fait que « la souche de virus qui circule [est] assez peu connue par le système immunitaire des jeunes », a souligné la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, lors d’une conférence de presse le 5 janvier. Les personnes âgées n’échappent cependant pas au virus, puisque des foyers épidémiques ont été signalés dans 116 maisons de retraite.
Sept barrières de transmission
A l’occasion de la rentrée des vacances de Noël le 8 janvier, « compte tenu du contexte épidémiologique et de la proximité des élèves en classe et dans les cours de récréation », le ministère a demandé que les mesures de prévention contre le virus de la grippe en milieu scolaire soient renforcées et que les enfants susceptibles d’être atteints ne soient pas envoyés à l’école. La Direction générale de la santé (DGS) a quant à elle appelé à la contribution de chacun pour limiter la progression rapide de l’épidémie. Il s’agit d’adopter des gestes simples de prévention, c’est-à-dire les sept « gestes barrières » des virus de l’hiver rappelés sur le site du ministère de la santé : se laver les mains régulièrement, se couvrir le nez ou la bouche lorsque l’on tousse, se moucher dans un mouchoir à usage unique, éviter de se toucher le visage, en particulier le nez et la bouche ; lorsque l’on est malade, limiter les sorties ainsi que les contacts directs (avec les personnes) et indirects (via les objets) et, enfin, porter un masque, surtout si l’on est en présence de personnes fragiles. On peut compléter ces précautions par le maintien d’une température intérieure à 19 °C, notamment dans les chambres, et par l’aération du logement au moins dix minutes par jour, hiver comme été.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS