Grippe : les seniors rechignent à se faire vacciner

, par  Léa Vandeputte

Alors que la campagne 2017-2018 contre la grippe saisonnière vient de débuter, une étude de Santé publique France révèle que moins de la moitié des 65-75 ans se sont fait vacciner en 2016. Ces derniers comptent pourtant l’une des populations les plus vulnérables face à cette maladie.

Le Baromètre santé 2016 de Santé publique France s’est penché sur la perception de 2 418 personnes, âgées de 65 à 75 ans, de la grippe saisonnière, ainsi que sur leur pratique de vaccination. Les résultats montrent que le taux de couverture reste insuffisant : lors de l’hiver 2015-2016, ils étaient seulement 45,9 % à se faire vacciner.

Des idées reçues sur le vaccin

Pourtant, les sondés sont 81,3 % à considérer que la grippe est grave, et 92,1 % qu’elle est fréquente. Pour 64,3 % d’entre eux, le vaccin est efficace, mais près de la moitié (46,9 %) pensent qu’il peut provoquer des effets secondaires graves. Or, pour les auteurs de l’étude, ce ne sont là que « de fausses croyances ». L’Assurance maladie indique d’ailleurs que « les effets indésirables des vaccins contre la grippe sont bénins et transitoires : la personne vaccinée peut ressentir une douleur accompagnée de rougeur au point d’injection, des douleurs musculaires, des maux de tête accompagnés d’une fièvre légère. Les réactions allergiques plus graves sont extrêmement rares ». En revanche, la grippe saisonnière peut entraîner de sévères complications et même être mortelle. L’an dernier, elle a été responsable de 14 400 décès, principalement chez les personnes de plus de 65 ans. Santé publique France juge ainsi que, « même avec une efficacité modérée, et au vu de sa balance bénéfice-risque positive, la vaccination antigrippale permet d’éviter des cas de grippe grave et des excès de mortalité chez les personnes âgées ».

« Ne laissons pas la grippe nous gâcher l’hiver »

Quelques jours avant la publication du Baromètre santé 2016, le ministère de la Santé avait annoncé le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, avec cette année, pour slogan « Ne laissons pas la grippe nous gâcher l’hiver ». Les malades chroniques, les femmes enceintes et les seniors sont particulièrement ciblés. Au total, plus de douze millions de personnes recevront un courrier personnalisé d’invitation accompagné d’un imprimé de prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie. « En aidant à combattre le virus et en diminuant le risque de complications, la vaccination contre la grippe peut sauver des vies, rappelle le ministère. Il s’agit du premier geste à adopter à l’approche de l’hiver pour se protéger soi et ses proches. »

Les bons gestes pour se protéger

En parallèle de la vaccination, et pour limiter la propagation du virus, les autorités sanitaires encouragent « chacun à adopter des mesures simples de prévention », comme se laver les mains plusieurs fois par jour, utiliser un mouchoir en papier pour se moucher, tousser ou éternuer, ou encore porter un masque si l’on est malade. Le virus se répand en effet par la toux, les éternuements, la salive et au contact des mains ou d’objets contaminés par une personne malade. Des spots TV et une page Facebook participeront à la diffusion de ces messages tout au long de la campagne.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS