Gouvernance : qui pilote la Mucs ?

, par  Mutuelle Mucs

L’annonce en a été faite dès mai 2012, lors de la désignation de son nouveau président : la Mucs doit désormais conjuguer croissance et modernisation pour conforter ses prestations aux adhérents. Le challenge est en voie d’être atteint. En trois ans, la mutuelle a doublé son effectif d’adhérents. Ses nouvelles procédures d’accueil téléphonique et d’information renforcent l’un de ses principes fondateurs : la proximité. Ces résultats ne sont pas l’effet du hasard, mais découlent du renforcement de l’équipe de salariés et d’un contrôle accru de la mutuelle par ses élus.

Le contrôle par les adhérents et leurs élus différencie les mutuelles des autres organismes de complémentaire santé, à savoir les sociétés d’assurance détenues par leurs actionnaires ou les institutions paritaires de prévoyance gérées par les syndicats patronaux et salariaux. Ainsi, les adhérents de la Mucs élisent des délégués qui les représentent aux assemblées générales annuelles. Ces derniers sont actuellement au nombre de vingt-quatre, élus pour six ans dans le cadre de sections de vote organisées par groupes d’entreprises ou de sociétaires individuels. De nouveaux délégués devraient être désignés en 2015 pour représenter les adhérents qui viennent de rejoindre la mutuelle.

Un fonctionnement sous contrôle des élus

Les délégués élisent en assemblée générale le conseil d’administration (CA), qui a pour mission d’adopter les orientations stratégiques et budgétaires de la mutuelle et de valider les décisions majeures de ­gestion proposées par le président.
Chaque année, ce même conseil d’administration leur rend compte en assemblée générale de la gestion qui a été réalisée.
Le CA de la mutuelle comprend actuellement douze membres*. Il se réunit trimes­triellement. Son président est élu directement par l’assemblée générale pour six ans. Depuis 2012, le président en exercice est Jacques Landriot.
Le conseil désigne en son sein un bureau de sept membres, qui constitue l’exécutif élu de la mutuelle pour impulser et contrôler sa gestion opérationnelle tout au long de l’année. Le bureau se réunit mensuellement. Sous l’autorité du président, plusieurs administrateurs y ont des responsabilités particulières. On peut mentionner par exemple celles de secrétaire et administratrice déléguée à la coordination, confiée à Christiane Aveline, celle de trésorier, assurée par Rija Rakotoarivony, de vice-­présidente chargée de la commission Immobilier, allouée à Claire Biot, ou encore de vice-président chargé de la communication, dévolue à Michel Porta.

Des commissions pour rendre participatif le projet de la mutuelle

Pour renforcer le suivi collégial de la Mucs, quatre commissions ont été créées. Elles rassemblent des administrateurs et des délégués volontaires. Leur vocation est de dynamiser l’élaboration des orientations qui sous-tendent le devenir de la mutuelle.
PNG  La commission Stratégie est chargée d’approfondir la définition des axes de développement. Elle a ainsi préparé le lancement de l’offre prévoyance pour 2015.
PNG La commission Immobilier vise à gérer au mieux le patrimoine immobilier commun, lequel doit garantir à la Mucs sa solidité financière et des recettes complé­mentaires.
PNG La commission d’Audit contrôle la qualité de la gestion de la mutuelle et son équilibre à long terme.
PNG La commission Communication impulse un dispositif d’information accessible aux adhérents tout en assurant une notoriété externe à la Mucs.

Une équipe de salariés renforcée

Le fort accroissement du nombre des adhérents, de plus d’un tiers par an, rend d’autant plus indispensable de maîtriser parfaitement la fiabilité, l’équité et l’acces­sibilité des offres de complémentaire santé et de prévoyance. C’est la mission qui est dévolue au pôle Opérations mutualistes, avec Guilhem Olive, Chloé Commelard et l’assistance technique du cabinet KPMG.
La gestion des adhérents a été rendue aussi réactive que possible avec le pôle Gestion des adhérents, qui traite également la commer­cialisation des contrats de faible effectif. Une tâche confiée à Adrien Debelle et Valérie Payen, en lien avec une procédure d’accueil téléphonique sérieusement modernisée.
Le service commercial assure la prise de contact avec les entreprises susceptibles de rejoindre la mutuelle et la négociation des contrats correspondants. Guillaume Conan-Biguet en a la responsabilité.
Telle est l’organisation actuelle de la mutuelle. Vu sa croissance, elle est évolutive. Mais que l’on se rassure : il y a une solide équipe de pilotage, élus et salariés, aux commandes de la Mucs. Elle est au service des adhérents et n’entend surtout pas tomber dans l’anonymat bureau­cratique.

* Christiane Aveline, Olivier Berthelot-Eiffel, Michel Bikson, Claire Biot, Liliane Blondeau, Arnaud Breuil, Jacques Landriot, Daniel Nicolas, Sylvie Nourry, Michel Porta, Rija Rakotoarivony, Patrick Sebag.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS