Génériques : des médecins tirent la sonnette d’alarme

, par  Enrique Moreira

Dans son livre « Médicaments génériques : la grande arnaque », paru le 10 avril, le docteur Sauveur Boukris considère la promotion des génériques par l’Assurance maladie comme « un véritable scandale sanitaire ». Et ils sont de plus en plus nombreux parmi les professionnels de santé à être d’accord avec lui. Molécule moins efficace que dans le médicament original, effets secondaires méconnus, perte de repères pour les personnes âgées, économies trop faibles..., les génériques suscitent de plus en plus la controverse.

Il y a de quoi en perdre son latin. Cela fait plusieurs mois, voire plusieurs années, que les pouvoirs publics répètent inlassablement qu’entre un médicament original (princeps) et sa copie (générique) il n’y a absolument aucune différence, hormis le prix : les génériques coûtent beaucoup moins cher. En juillet 2012, l’Assurance maladie a même mis en place la règle « tiers payant contre générique » : pour avoir le médicament princeps, il faut désormais faire l’avance des frais.
Seulement voilà, de plus en plus de médecins font entendre un son de cloche différent. Selon eux, les génériques ne sont pas aussi efficaces que les originaux. Ils engendrent parfois des effets secondaires inattendus. La différence de dosage de la molécule, par exemple, même si elle varie très légèrement, peut jouer un rôle important dans des maladies où le médicament sert d’ajustement thérapeutique (diabète, hypertension artérielle, épilepsie, etc.). Toutes ces critiques ont été compilées par le docteur Sauveur Boukris dans un livre intitulé Médicaments génériques : la grande arnaque, paru le 10 avril.

Des origines moins contrôlées

Si jusqu’à présent les critiques faites aux génériques provenaient surtout des médecins généralistes, ces derniers ont été rejoints par des diabétologues, des endocrinologues, des neurologues. Même l’Académie de médecine y va de sa petite précision. Elle a tenu à rappeler, dans un rapport, que « la bioéquivalence entre produit référent et générique ne signifie pas qu’il y a automatiquement une équivalence thérapeutique », comme l’a noté l’hebdomadaire L’Express, qui a réalisé un dossier complet sur le sujet et publié les bonnes feuilles du livre du docteur Boukris.
Ce dernier y évoque également le manque de contrôle sur les matières premières dans les pays étrangers d’où celles-ci sont extraites. Elles sont pourtant souvent moins pures que celles utilisées pour les médicaments référents. Or ce sont ces matières qui servent à la fabrication de la molécule aux effets soignants.

De coûteuses économies

Ce flot de critiques sème un véritable doute, tant dans la tête des consommateurs, que chez les autorités sanitaires, car les génériques constituent une véritable alternative au coût élevé du remboursement des médicaments, selon l’Assurance maladie. Cependant, même avec cette affirmation, le docteur Sauveur Boukris est en désaccord. Bien entendu les copies sont plus économiques que les originaux, mais la mise en place des campagnes de promotion de ces génériques a été coûteuse pour la Sécurité sociale. De la même manière, l’auteur évoque le dispositif « tiers payant contre générique », qui permet aux pharmaciens de recevoir une prime pour compenser le manque à gagner lorsqu’ils ont vendu des médicaments moins chers. « L’addition sera salée », souligne L’Express, qui estime le coût de cette opération à 240 millions d’euros, sortis tout droit des caisses de l’Assurance maladie.
Depuis la médiatisation de ces critiques contre les génériques, la Fédération nationale de la Mutualité française, qui regroupe un nombre important de mutuelles, ne s’est pas exprimée sur le sujet. Ayant pour rôle de rembourser le reste à charge de leurs adhérents, les mutuelles sont pourtant directement concernées.

Source
- « Médicaments génériques : le cri d’alarme des médecins », L’Express, n° 3222, avril 2013.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS