Gastro-entérite : avis favorable pour la vaccination des nourrissons

, par  Aude Malaret

Le Haut Conseil de la santé publique recommande la vaccination des nourrissons de moins de 6 mois contre les infections à rotavirus, responsables de gastro-entérites aiguës, à condition que les prix des vaccins baissent.

Après s’être opposé à l’inscription dans le calendrier vaccinal des vaccins contre le rotavirus en 2006 puis en 2010, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) vient de réévaluer ses recommandations : au regard des nouvelles données disponibles sur les risques et les bénéfices de ces vaccins, le HCSP recommande, dans un avis rendu public le 14 février, de vacciner les nourrissons de moins de 6 mois, sous réserve que le tarif du Rotarix et du Rotareq, actuellement vendus à 180 et 230 euros, baissent. Administrés par voie orale en deux ou trois doses à quelques mois d’écart, ces deux vaccins réduisent les risques de contracter le rotavirus responsable de certaines gastroentérites, les plus aiguës.
Avant que les médecins ne proposent systématiquement cette vaccination – le HCSR est en effet une instance de conseil dont les recommandations sont généralement suivies par le gouvernement –, il revient à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, de juger si les conditions, en particulier tarifaires, sont respectées et à la Haute Autorité de santé (HAS) de déterminer la part de remboursement imputable à la Sécurité sociale, rappelle Europe1 sur son site.

Eviter 80% des hospitalisations

En France, le rotavirus cause chaque année 7 à 17 décès chez les enfants de moins de 3 ans et il est responsable de 14 000 hospitalisations, de 30 000 recours aux urgences et de 155 000 consultations chez un médecin généraliste.
De récentes études sur l’efficacité de la vaccination ont fait changer d’avis le HCSP. En vaccinant trois nourrissons sur quatre, le nombre de gastro-entérites liées au rotavirus serait réduit de deux tiers sur le court terme et de trois quarts sur le long terme, selon une étude dévoilée récemment au congrès de l’Internal Society for Pharmaeconomis and Outcomes Research, à Dublin. De plus, « le Haut Conseil de la santé publique a pris en considération l’impact bénéfique, dans les pays industrialisés, de cette vaccination des nourrissons qui réduit le taux d’hospitalisation de plus de 80 % », ont indiqué les experts.

Des risques mieux connus

En 2010, le HCSP avait décidé de ne pas recommander ces vaccins en raison de « l’existence d’un signal en faveur d’une augmentation faible de risque d’invagination intestinale aiguë », qui se produit lorsqu’un segment d’intestin incorpore une portion intestinale située plus en aval. Cela conduit à une occlusion intestinale avec douleurs, vomissements, arrêt du transit et, dans certains cas, péritonite.
« Ce risque est tout à fait confirmé, mais il est désormais bien circonscrit, et il est quand même faible, de l’ordre de 1 à 6 cas pour 100 000 enfants », explique le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations (CTV), interrogé par le site Pourquoidocteur.fr. Le HCSP recommande de ce fait que l’information sur ce risque potentiel soit systématiquement délivrée par les professionnels de santé aux parents des enfants vaccinés. En cas de signes comme des pleurs, un refus de s’alimenter ou de boire, des vomissements ou une pâleur dans les sept jours qui suivent, ils devront consulter sans délai.

Sources
- Avis du Haut comité de santé publique : sur Hcsp.fr.
- « Gastro-entérites : le vaccin anti-rotavirus est recommandé », Melanie Gomez, Pourquoidocteur.fr, 17 février 2014.
- « Gastro-entérite : deux vaccins (enfin) recommandés », Gaétan Supertino, Europe1.fr, 17 février 2014.
- « Gastroentérite : vers une vaccination anti-rotavirus du nourrisson », Santelog.com, 19 février 2014.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS