Les fruits et légumes feraient-ils grossir ?

, par  Enrique Moreira

Selon une étude de l’Ecole de management de Grenoble, le slogan « Pour votre santé, mangez cinq fruits et légumes par jour » n’aurait pas l’effet escompté. Ressassé à longueur de publicités, il serait devenu un motif de dédouanement pour continuer à manger gras. Les deux chercheuses à l’origine de l’enquête proposent donc de dissocier le message sanitaire de l’image commerciale, tout en continuant de vanter les mérites d’une alimentation équilibrée. Faire du sport est également très important.

Qui n’a jamais vu l’une de ces publicités, à la télévision ou au cinéma, montrant un appétissant hamburger d’une chaîne de restauration rapide très connue, avec juste en dessous la mention : « Pour votre santé, mangez cinq fruits et légumes par jour » ? Une légende obligatoire depuis 2002, lorsque le gouvernement Jospin adoptait le Programme national nutrition santé (PNNS). L’idée était de promouvoir une alimentation saine et équilibrée, afin d’endiguer l’obésité croissante de la population.

Un slogan inadapté

Dix ans plus tard, Carolina Werle et Caroline Cuny, deux chercheuses de l’Ecole de management de Grenoble, ont voulu s’assurer de l’efficacité de ces petites phrases qui défilent au bas des spots publicitaires. Au final, elles ont constaté que le message était inadapté. Il produit même l’effet inverse.
Bien évidemment, en eux-mêmes les fruits et légumes ne font pas grossir, mais en associant ce slogan à des publicités pour la nourriture, les Français ont fini par faire l’amalgame et y trouvent un bon motif de dédouanement, explique Carolina Werle. En bref, « Si je fais ce que le message m’indique, implicitement je m’octroie le droit de manger plus gras et plus sucré ».

Dissocier message et publicité

Pour arriver à cette conclusion, les deux chercheuses ont montré des photos de hamburger avec ou sans le message sanitaire à des volontaires, qui devaient ensuite choisir entre un bon pour une glace ou un sachet de fruits. Ce sont ceux qui ont vu l’image sans le texte qui ont majoritairement choisi les fruits. Comme les campagnes anti-tabac l’ont déjà prouvé, l’image est plus forte que le texte. Carolina Werle et Caroline Cuny proposent donc de « dissocier le message sanitaire de la publicité ». On pourrait ainsi imaginer que le slogan apparaisse dans un spot complètement différent, diffusé après chaque publicité pour des hamburgers, des sodas ou des barres chocolatées.

Manger équilibré et faire du sport

Car manger cinq fruits et légumes ne dispense pas de manger équilibré. Les risques liés à une mauvaise alimentation sont en effet nombreux et souvent mortels : obésité, cholestérol, diabète, maladie cardio-vasculaire... Tout comme ceux auxquels nous expose l’inactivité physique. Selon la revue médicale britannique Lancet, elle serait responsable d’un décès sur dix dans le monde, ce qui est à peu près autant que le tabac et l’obésité. Les médecins recommandent au moins trente minutes de marche rapide par jour. Et pour ceux qui se chercheraient des excuses, il faut savoir qu’aller jusqu’à la station du métro ou faire les boutiques ne compte pas.

Sources
- « L’inactivité physique responsable d’un décès sur dix dans le monde », Le Nouvel Observateur, 18 juillet 2012.

- « "Manger 5 fruits et légumes par jour" ferait grossir », L’Express, 20 juillet 2012.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS