Des troubles fréquents, mais méconnus

, par  Isabelle Delaleu

Quand la fatigue s’installe et devient gênante, que les réveils sont difficiles, consulter peut permettre de dépister de vraies pathologies du sommeil, dont le dormeur n’a parfois pas conscience. C’est le cas notamment du ronflement (qui touche 40 % des Français, y compris les femmes, en particulier après la ménopause) et de ses complications, comme les apnées du sommeil : ces blocages de la respiration, qui peuvent apparaître insidieusement, touchent environ le quart des ronfleurs. Elles sont provoquées par l’affaissement progressif des parois du pharynx, qui vient obstruer la circulation de l’air. On parle de pauses respiratoires quand ces mini-asphyxies durent moins de dix secondes et d’apnées du sommeil quand elles sont plus longues. Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) concerne les personnes présentant plus de dix apnées par heure. En fin de nuit, certains totalisent plus d’une centaine d’apnées, ce qui se révèle épuisant, notamment pour le cœur, qui peine à mobiliser les réserves en oxygène de l’organisme. Micro-réveils, sensation d’étouffement, sueurs nocturnes ont pour conséquences un sommeil de mauvaise qualité, donc non réparateur, qui engendre une fatigue diurne lourde et invalidante (symptôme caractéristique), une somnolence excessive, des troubles du caractère et du comportement, voire une dépression ou des troubles sexuels (perte du désir, dysfonctionnements érectiles). Pire, des études médicales ont montré que les apnées augmentent fortement le risque de maladies cardiaques, de diabète ou d’attaque cérébrale. Malheureusement, si l’on estime que 5 à 15 % des adultes sont touchés (soit près de 2,5 millions de personnes), neuf apnéiques sur dix s’ignorent.
Pour plus d’informations : Syndrome-apnee-sommeil.fr, un site complet et informatif qui propose également un test pour évaluer ses risques.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)