Dette de sommeil : les Français cumulent

Les Français sont en manque de sommeil, selon les résultats d’une étude menée par le cabinet de communication Occurrence*. Ce déficit de sommeil s’élève à deux semaines par an, en moyenne. Il est plus important de 2,4 jours par rapport aux habitants des autres villes. Et ce sont les femmes qui dorment le moins, avec un manque de 342 heures de sommeil par an, contre 289 heures pour les hommes. La conséquence est évidente : les trois quarts des Français ressentent de la fatigue au cours de la journée et un sur six se sent fatigué tous les jours de la semaine. Les chercheurs soulignent que les actifs ont une dette de sommeil plus importante (50 heures de sommeil en moins) que ceux qui ne travaillent pas.

* « Dette de sommeil annuelle française : 16 milliards d’heures », Occurrence, étude réalisée auprès d’un échantillon de 1 000 Français de 18 ans et plus, représentatif de la population métropolitaine.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)