Les Français ne bougent pas assez

, par  Isabelle Coston

Selon une enquête menée par Santé publique France, la sédentarité et l’inactivité physique augmentent dans le pays.

Alors que tous les messages de prévention soulignent l’importance de l’activité physique pour préserver sa santé, les derniers résultats de l’enquête Esteban-*, publiés le 26 septembre par Santé publique France-, révèlent que les Français font la sourde oreille. L’agence sanitaire explique en effet dans son communiqué que « l’inactivité physique et la sédentarité gagnent du terrain dans la population française » et s’inquiète d’autant plus de cette tendance que « l’inactivité physique a été identifiée en 2009 comme le quatrième facteur de risque des maladies non transmissibles, impliquées dans plus de 3 millions de morts évitables ».

Les femmes de moins en moins actives

En 2015, 61 % des adultes âgés de 18 à 74 ans avaient un niveau d’activité physique conforme aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à savoir pratiquer cent cinquante minutes d’activité modérée ou soixante-quinze minutes d’activité intense par semaine . Mais si les hommes restent relativement « dans les clous », avec une proportion de sujets physiquement actifs en augmentation de 10 % (notamment chez les 40-54 ans) en France, les autorités sanitaires pointent en revanche chez plus d’une Française sur cinq une tendance à cumuler sédentarité élevée et inactivité physique. En matière d’activité physique (qui englobe « tous les mouvements du corps produits par la contraction des muscles et qui entraînent une dépense d’énergie supérieure à celle du repos »), seulement 53 % des femmes atteignent les recommandations de l’OMS en 2015, contre 70 % des hommes, déplore Santé publique France, et cela quels que soient leur âge et leur niveau de diplôme. « En dix ans, la proportion de femmes physiquement actives a baissé de 16 %, constate l’agence, une baisse particulièrement prononcée chez les femmes de 40-54 ans (- 22 %). »

L’usage abusif des écrans facteur de sédentarité

L’étude fait également un parallèle entre l’augmentation de l’inactivité et de la sédentarité (deux facteurs de risques distincts de maladies comme le diabète ou les pathologies cardiovasculaires) et la forte hausse, au cours des dix dernières années, de la durée quotidienne moyenne passée devant un écran. « Alors qu’en 2006, 53 % des adultes déclaraient passer trois heures ou plus devant un écran chaque jour en dehors de toute activité professionnelle, ils étaient 80 % en 2015. » Une évolution, selon les auteurs, « due à un usage accru des ordinateurs, tablettes, smartphones et consoles de jeux (utilisation quotidienne multipliée par 2,3 chez les hommes et 3,6 chez les femmes), et dans une moindre mesure par une augmentation du temps passé devant la télévision ». Les enfants ne sont pas en reste et suivent aussi cette tendance à la sédentarisation.
Pour inciter les Français à bouger plus, Santé publique France a développé de nouveaux outils sur le site Mangerbouger.fr (rubrique « bouger plus »)-.

* Etude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition, réalisée entre avril 2014 et mars 2016, en France métropolitaine, sur un échantillon national représentatif de 2 678 adultes et de 1 182 enfants âgés de 6 à 17 ans.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS