Les Français gardent une bonne image de l’hôpital

, par  Isabelle Coston

Si le personnel hospitalier donne des signes de ras-le-bol en France, les patients, eux, se disent toujours très satisfaits de la façon dont ils sont pris en charge.

Engorgement des services d’urgence, manque de médecins, épuisement des infirmières et des aides-soignants, fermetures des maternités… le système de soins français fait face à des difficultés grandissantes. Mais les mauvaises conditions de travail des personnels soignants ne semblent pas entacher la qualité des soins. D’après le Baromètre santé 360 publié le mardi 21 mai par l’institut Odoxa à l’occasion de la Paris Health care week 2019 et réalisé pour l’entreprise Nehs et l’Université numérique en santé et sport, en partenariat avec Le Figaro Santé et France Inter, plus de sept personnes interrogées sur dix ont en effet un avis positif concernant leurs établissements de santé et leur système de soins.

Un taux de satisfaction très élevé…

Bien que ce taux de satisfaction soit légèrement en baisse par rapport à celui relevé l’année dernière, parmi les 1 003 personnes interrogées par Internet (3 000 personnes interrogées au total en Europe), 87 % des Français sondés se déclarent satisfaits des établissements de soins, aussi bien privés que publics. La qualité des soins et les relations patients-soignants sont particulièrement bien jugées. Le rendez-vous préopératoire recueille 91 % d’avis favorables, le contact avec le personnel 90 %, l’accueil 89 %, la chambre d’hôpital 89 %, la gestion de la douleur 83 %. Cette dernière ainsi que la bonne information médicale sont considérées comme les critères les plus importants.

… en décalage avec une moins bonne perception

« Mais la France est en train de se faire rattraper par ses voisins européens, en tout cas sur le plan des perceptions », note Odoxa, qui explique cette légère détérioration de l’image par une mauvaise prise en compte de la satisfaction des patients par les établissements. « Dans ce domaine, [elle] est même perçue comme étant en retard sur ses voisins européens », explique l’institut avant d’ajouter : « Sauf que cette perception est fausse : en effet les patients, eux, ne partagent pas du tout ce « déclinisme ». Au contraire, la satisfaction-patients culmine à 86 % et la part de patients insatisfaits recule pour la première fois depuis 4 ans. » Si les auteurs du sondage soulignent que « la France est même la championne d’Europe de la satisfaction-patients avec 10 points d’avance en moyenne sur ses voisins », ils mettent cependant un bémol concernant l’écoute des attentes du patient : « Quatre patients sur dix disent que cette dimension n’a pas été prise en compte ce qui place la France, pour une fois, en dessous de la moyenne Européenne. »

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)