Environnement : les Français très exposés aux polluants chimiques

, par  Delphine Delarue

Selon l’INVS, les concentrations biologiques de certains pesticides et de PCB mesurées dans la population française sont supérieures à celles constatées chez les Allemands ou les Américains.

L’organisme des Français présente des niveaux de pesticides et de PCB plus élevés que les taux mesurés chez les Allemands ou les Américains. Voilà ce qui ressort d’une publication récente de l’Institut de veille sanitaire (INVS), basée sur le volet environnemental de l’Etude nationale nutrition santé (ENNS) réalisée entre 2006 et 2007. C’est la première fois que les concentrations biologiques de plusieurs polluants de l’environnement sont mesurées sur un échantillon représentatif de la population française.
En ce qui concerne les pesticides, si les niveaux d’organochlorés (DDT ou lindane, aujourd’hui interdits pour la plupart des usages) établis sont globalement faibles, ce n’est pas le cas pour le paradichlorobenzène : des taux très élevés ont été décelés dans l’organisme des Français. Cette substance, contenue notamment dans les antimites ou les désodorisants pour toilette, est classée comme cancérigène probable aux Etats-Unis. On trouve également des taux relativement élevés, en tout cas supérieurs à ceux mesurés dans la population américaine ou allemande, en ce qui concerne les pesticides pyréthrinoïdes, largement utilisés en agriculture, en horticulture et pour l’usage domestique. Idem pour les PCB, ces substances toxiques et cancérigènes probables utilisées comme isolants dans l’industrie jusqu’à la fin des années 80 et que l’on retrouve aujourd’hui dans les sols et les eaux françaises.

Exposition aux métaux relativement basse

Contrairement aux résultats inquiétants constatés par rapport aux pesticides et aux PCB, la population française présente des niveaux relativement bas aux onze métaux également mesurés dans le cadre de l’enquête. « Ces niveaux sont similaires à ceux observés à l’étranger », précise l’INVS. La concentration de plomb dans le sang des Français a par exemple baissé de 60 % depuis 1995, date de la dernière étude réalisée en la matière sur des adultes. Un taux qui « traduit les efforts de réduction des expositions au plomb en France », ajoute l’institut. Par ailleurs, les niveaux de cadmium, métal utilisé pour protéger l’acier contre la corrosion dans les alliages, les piles et les batteries, sont similaires à ceux observés dans les études françaises précédentes et comparables à ceux d’autres pays européens. Enfin, les concentrations de mercure dans les cheveux sont supérieures chez les Français à celles relevées chez les Allemands et les Américains, mais inférieures à celles constatées chez les Espagnols. Des écarts expliqués « par la différence de consommation de poisson dans ces pays, puisqu’il constitue le principal apport de mercure », précise l’INVS.
Toutes ces mesures serviront de repères pour suivre l’évolution de l’exposition de la population française à ces substances au fil des années. Une nouvelle enquête de biosurveillance, incluant des enfants, devrait d’ailleurs être lancée par l’INVS en 2012. Elle élargira notamment les données de cette première étude à une centaine d’autres substances.

Sources
- « Exposition de la population française aux polluants de l’environnement, volet environnemental de l’Etude nationale nutrition santé 2006-2007 », Institut de veille sanitaire.
- Communiqué de presse « L’INVS publie pour la première fois les mesures de concentration biologiques de plusieurs polluants de l’environnement dans la population française : des niveaux de référence », Institut de veille sanitaire, 14 mars 2011.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)