Les Français consomment encore trop d’alcool

, par  Delphine Delarue

Selon une étude de l’Institut Gustave-Roussy publiée dans l’« European Journal of Public Health », la consommation d’alcool en France, qui atteint 2,7 verres en moyenne par adulte et par jour, serait à l’origine de 49 000 décès en 2009.

Les Français accros à la boisson ? En 2009, l’alcool a causé la mort de 49 000 personnes, et 40 % d’entre elles sont décédées avant l’âge de 65 ans. C’est ce que révèle une étude de l’Institut Gustave-Roussy publiée récemment dans l’European Journal of Public Health. Dans le détail, avec 36 500 décès, soit 13 % de la mortalité totale masculine cette année-là, les hommes sont globalement plus concernés que les femmes (12 500 décès, soit 5 % de la mortalité totale féminine). Parmi les premières causes de décès liés à l’alcool, on trouve les cancers (15 000 morts) et les maladies cardiovasculaires (12 000 morts). Suivent les maladies digestives (8 000 morts) comme la cirrhose, ex æquo avec les accidents et les suicides, puis les maladies et les troubles mentaux liés à l’alcool (3 000 morts). Facteur important de mortalité prématurée, l’alcool est par ailleurs responsable de 22 % des décès des 15-34 ans et de 18 % des 35-64 ans, précise l’étude.
Si l’on considère la quantité totale d’alcool consommée en moyenne par la population, on obtient 27 grammes d’alcool pur par jour et par individu de plus de 15 ans, ce qui correspond à 2,7 verres de bistrot.

Pas plus d’un demi-verre de bistrot par jour

Ces chiffres, même s’ils ont diminué de 50 % ces cinquante dernières années (ils atteignaient 65 grammes à la fin des années 30), restent encore trop élevés. Il faut savoir que même en moindre quantité, soit avec « 13 grammes d’alcool pur par jour, l’alcool fait plus de mal que de bien, a souligné à l’AFP Catherine Hill, l’une des chercheuses auteures de l’étude. A cette dose, de l’ordre d’un verre et demi par jour, l’alcool est néfaste, car il entraîne la mort de 1 100 personnes ». Dans l’idéal, la consommation ne devrait pas dépasser un demi-verre de bistrot par jour, soit 5 grammes d’alcool pur. Pour les chercheuses, il est donc nécessaire que la France, située à la quatrième place des pays les plus gros consommateurs derrière l’Estonie, la République tchèque et l’Irlande, poursuive ses efforts en matière de lutte contre la consommation excessive d’alcool.

A noter également que l’Agence européenne des médicaments (Ema) vient tout juste d’autoriser la mise sur le marché d’un nouveau traitement contre l’alcoolisme, le Selincro, alors qu’un autre produit, contenant de l’oxybate de sodium, principal constituant du GHB (la drogue du violeur), sera prochainement testé dans un laboratoire parisien.

Sources
- « Alcohol-attributable mortality in France », Sylvie Guérin, Agnès Laplanche, Ariane Dunant, Catherine Hill, European Journal of Public Health, 4 mars 2013.
- « L’alcool est responsable de 50 000 morts par an », V. C., Les Echos, 5 mars 2013.
- « Un risque de mortalité accru dès un verre de vin par jour », Sophie Boutboul, Liberation.fr, 4 mars 2013.
- « L’alcool est responsable de 13 % des morts d’hommes en France », Lacroix.com, 4 mars 2013.
- « Alcoolisme : un nouveau médicament à base de GHB, la drogue du violeur ? », Karen Jego, Topsante.com, 4 mars 2013.
- « Le Selincro, contre l’envie de boire de l’alcool, autorisé en Europe », Futura-sante.com, 2 mars 2013.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)