Fin de vie : la sédation profonde à domicile maintenant possible

, par  Isabelle Coston

Beaucoup souhaitent pouvoir terminer leur vie chez eux, sans souffrir. Pour que cela soit possible, la Haute autorité de santé (HAS) vient de faciliter la prescription du midazolam, un puissant sédatif que les généralistes pourront bientôt prescrire à leurs patients en fin de vie.

Mourir chez soi sans souffrances, plutôt que dans un lit d’hôpital, est désormais envisageable. La Haute autorité de santé (HAS), dans de nouvelles recommandations publiées lundi 10 février, ouvre la possibilité aux médecins traitants, d’ici à quatre mois, de prescrire du midazolan, un médicament couramment donné pour soulager les patients des services de soins palliatifs en établissements hospitaliers. Depuis la promulgation de la loi Clayes-Leonetti, en 2016, les malades et les personnes en fin de vie ont le droit d’exiger une sédation profonde et continue en phase terminale.
Le midazolam appartient à la classe des benzodiazépines, qui est la référence aujourd’hui pour mettre en place ce que l’on appelle la sédation profonde et continue jusqu’au décès. Si, en théorie, jusqu’à présent, les médecins généralistes étaient autorisés à l’utiliser, les conditions pour obtenir ce produit étaient en revanche très compliquées, puisqu’ils devaient, pour se le procurer, passer obligatoirement par une pharmacie hospitalière.

Donner des moyens d’agir aux médecins généralistes

« Aujourd’hui, nous recommandons très clairement que le médecin puisse y avoir accès directement, explique dans le journal Libération le docteur Pierre Gabach, chef du service des bonnes pratiques professionnelles à la HAS, qui a participé à la rédaction des recommandations. C’est au ministère de la Santé de faire en sorte que désormais, réglementairement cela soit possible. »
Cette décision de la HAS fait suite au tollé soulevé dans la profession à la suite de la mise en examen d’un médecin du Havre et de sa femme anesthésiste-réanimatrice à l’hôpital. Cette dernière lui avait fourni du midazolan, qu’il avait ensuite administré à trois de ses patients âgés, en soins palliatifs.
L’autorité sanitaire souligne par ailleurs les précautions obligatoires à prendre avant toute utilisation de ce médicament, qui peut être d’un usage délicat : une prise de décision collégiale, un lien systématique entre le médecin et une unité de soins palliatifs et la possibilité d’un repli de la personne vers un hôpital si la situation se complique.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.