Feu vert aux pharmaciens pour vacciner contre la grippe

, par  Isabelle Coston

Les pharmaciens vont se voir délivrer très prochainement une autorisation pour administrer le vaccin antigrippal. La mesure, votée le 27 octobre à l’Assemblée nationale, ne réjouit pas les médecins.

Plus besoin de prendre rendez-vous chez le médecin, les Français vont bientôt pouvoir se faire vacciner contre la grippe dans une officine, à l’endroit même où ils auront acheté leur vaccin. Cette mesure, qui bouscule les habitudes et qui sera testée pendant trois ans, a été votée à une large majorité par les députés le 27 octobre, à titre d’amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2017.

Des milliers de morts chaque année

Il y a urgence sanitaire. La grippe, très contagieuse, tue encore chaque année en France des milliers de gens, notamment des personnes âgées ou fragilisées par une maladie chronique. Or, depuis 2009, le taux de couverture vaccinale ne cesse de baisser et, en 2015, moins d’une personne à risque sur deux s’était fait vacciner. Les femmes enceintes, les personnes de 65 ans et plus, celles atteintes de certaines affections chroniques (diabète, insuffisance respiratoire, cardiaque ou rénale), les personnes obèses, celles séjournant dans un établissement de soins, les professionnels de santé, le personnel navigant et ceux en contact avec des nourrissons de moins de 6 mois sont incités chaque année à se faire vacciner. Ils reçoivent pour cela un courrier de l’Assurance maladie, accompagné d’un imprimé de prise en charge à 100 %, les invitant à consulter leur médecin traitant. Les années suivantes, ils ont également la possibilité de se faire vacciner par un infirmier. Désormais, ces personnes recevront un bon qui se substitue à une prescription médicale.

Inquiétude des généralistes

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a qualifié le vote de cet amendement d’« avancée importante », mais les syndicats de médecins ne sont pas du même avis et dénoncent, notamment, le manque de formation des pharmaciens pour vacciner. Les pharmaciens, de leur côté, se déclarent prêts à se former pour endosser cette nouvelle responsabilité, à l’instar de leurs homologues portugais, suisses ou irlandais, déjà habilités depuis plusieurs années.
Les médecins s’interrogent aussi sur l’efficacité de cette mesure pour faire remonter le taux de vaccination, car, selon eux, multiplier les lieux d’injection n’est pas forcément la meilleure réponse pour redonner confiance aux Français, de plus en plus nombreux à remettre en cause l’utilité des vaccins.
Pour répondre au mécontentement et aux inquiétudes exprimées par les syndicats de généralistes, un autre amendement a été adopté dans la foulée par l’Assemblée : ces derniers pourront stocker des vaccins contre la grippe pendant trois ans afin de les administrer aux populations à risque.
Les conditions d’application de ces mesures expérimentales comme les modalités de formation des pharmaciens aux injections sous-cutanées seront fixées par décret. Bien entendu, les pharmaciens devront disposer d’une pièce garantissant la confidentialité et être couverts par une assurance spécifique.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS