La médecine doit prendre en compte les différences entre hommes et femmes

, par  Léa Vandeputte

Les hommes et les femmes ne sont pas égaux devant la maladie. C’est ce que souligne l’Académie de médecine, qui émet des recommandations pour que la recherche biomédicale et la médecine prennent en compte les différences biologiques entre les sexes.

« La recherche scientifique et la médecine ne peuvent plus ignorer les différences biologiques entre les sexes », déclare l’Académie nationale de médecine dans un rapport publié début juin. La différenciation hommes-femmes se produit dès la conception : les chromosomes XX déterminent le sexe féminin et les chromosomes XY le sexe masculin. A cette différence génétique, qui aboutit à des spécificités anatomiques au niveau des organes et des vaisseaux sanguins, s’ajoutent des différences hormonales, mais aussi un « formatage » socio-culturel sexué. Or la médecine française a tendance à lisser ces différences « sous prétexte de parité ». L’Académie appelle donc à s’inspirer des approches des autres pays européens, davantage centrées sur la médecine différenciée.

Maladies féminines et maladies masculines

« Il est reconnu que les différences liées au sexe déterminent effectivement la prévalence, l’âge d’apparition, la sévérité et l’évolution de nombreuses maladies, le métabolisme, la réponse aux médicaments ou aux régimes, et les comportements », poursuit-elle. Ainsi, certaines pathologies, comme l’alzheimer, la dépression ou l’ostéoporose, touchent majoritairement les femmes. D’autres, au contraire, surviennent davantage chez les hommes, notamment l’autisme et les tumeurs du cerveau ou du pancréas.

Des traitements plus adaptés aux hommes

Pour mieux adapter la prévention, le diagnostic et les traitements, il est indispensable de « mieux comprendre les mécanismes de régulation spécifiques du sexe, aussi bien physiologiques que liés à la maladie », affirme l’Académie. Pourtant, cette dimension n’est pas prise en compte par la recherche. Les femmes sont même souvent sous-représentées dans les essais cliniques, ce qui aboutit à mettre sur le marché des médicaments qui ne leur sont pas adaptés. « On sait par exemple, aujourd’hui, que globalement les femmes font une fois et demie à deux fois plus d’accidents secondaires liés aux médicaments que les hommes, ce qui représente un coût humain et financier exorbitant et… évitable ; inversement, les hommes sont moins bien traités que les femmes pour les maladies plus féminines (ostéoporose) », souligne le rapport.

Vers une médecine personnalisée

Pour pouvoir proposer des soins sexuellement personnalisés, l’Académie de médecine propose de « réviser fondamentalement les principes établis de la recherche fondamentale et clinique jusqu’à la pratique médicale et la vie de tous les jours ». Pour cela, elle recommande de « concevoir ou d’interpréter les études sur l’homme ou l’animal en tenant compte du sexe » et de passer « d’une médecine indifférenciée à une médecine sexuée » en intégrant cette notion dans la formation des médecins et des professionnels de santé. Enfin, elle préconise de « faire un effort d’information et de pédagogie pour que cette médecine différenciée soit comprise comme un plus pour la santé à la fois des femmes et des hommes », mais aussi pour qu’elle n’induise pas « des discriminations sans justification scientifique ni médicale ».

Pour plus d’infos
« Parité en santé, la recherche scientifique et la médecine ne peuvent plus ignorer les différences biologiques entre les sexes », Académie nationale de médecine, juin 2016.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS