Favoriser l’accès des seniors à une couverture complémentaire

, par  Isabelle Coston

Parmi les retraités, 5,4 % n’ont aucune complémentaire santé. Or, les seniors doivent assumer des dépenses de santé bien plus importantes que les plus jeunes. De plus, lorsqu’ils partent à la retraite, le coût de leur complémentaire santé augmente significativement, car ils doivent régler eux-mêmes la part financée jusqu’alors par l’employeur. Dans le même temps, leurs revenus baissent… Les mutuelles, qui comptent beaucoup de retraités parmi leurs assurés, demandent à l’Etat de revoir la répartition des aides fiscales afin de favoriser l’accès à la complémentaire santé pour tous, notamment les plus de 65 ans. Une refonte des aides à la complémentaire santé dans la perspective d’une « vraie » généralisation devrait être proposée par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), dans un rapport en cours de rédaction, conformément à l’article 2 de la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi.
Par ailleurs, un décret, applicable au 1er janvier 2017, pourrait permettre aux salariés partant à la retraite de conserver leur niveau de couverture moyennant une hausse de prix progressive étalée sur trois ans et plafonnée à 50 % la troisième année. La Mutualité et les autres familles de complémentaires ont demandé une concertation aux pouvoirs publics avant publication du texte afin d’en mesurer les impacts économiques.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS