Favoriser l’accès des seniors à une couverture complémentaire

, par  Isabelle Coston

Parmi les retraités, 5,4 % n’ont aucune complémentaire santé. Or, les seniors doivent assumer des dépenses de santé bien plus importantes que les plus jeunes. De plus, lorsqu’ils partent à la retraite, le coût de leur complémentaire santé augmente significativement, car ils doivent régler eux-mêmes la part financée jusqu’alors par l’employeur. Dans le même temps, leurs revenus baissent… Les mutuelles, qui comptent beaucoup de retraités parmi leurs assurés, demandent à l’Etat de revoir la répartition des aides fiscales afin de favoriser l’accès à la complémentaire santé pour tous, notamment les plus de 65 ans. Une refonte des aides à la complémentaire santé dans la perspective d’une « vraie » généralisation devrait être proposée par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), dans un rapport en cours de rédaction, conformément à l’article 2 de la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l’emploi.
Par ailleurs, un décret, applicable au 1er janvier 2017, pourrait permettre aux salariés partant à la retraite de conserver leur niveau de couverture moyennant une hausse de prix progressive étalée sur trois ans et plafonnée à 50 % la troisième année. La Mutualité et les autres familles de complémentaires ont demandé une concertation aux pouvoirs publics avant publication du texte afin d’en mesurer les impacts économiques.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS