Faut-il poursuivre son traitement en cas de grossesse ?

, par  Delphine Delarue

Lorsqu’une femme asthmatique est enceinte, son asthme peut s’aggraver, s’améliorer ou rester stable, d’où l’importance du suivi chez le pneumologue (au moins deux visites pendant la grossesse) pour adapter le traitement si nécessaire. « Notre rôle est aussi de rassurer les patientes, précise le docteur Anne Prud’homme, pneumologue au centre hospitalier de Bigorre, à Tarbes. Par crainte pour la santé du bébé, de nombreuses femmes enceintes décident de réduire, voire de stopper leur traitement. Or les corticoïdes inhalés et les bronchodilatateurs ne posent pas de problème pour l’enfant à naître. » En revanche, si la future maman n’est pas traitée correctement et qu’elle subit des crises d’asthme, le fœtus souffrira. « Il ne pourra pas supporter les variations d’oxygène dans le sang de sa mère et cela aura des conséquences, comme un faible poids de naissance ou une prématurité », ainsi qu’un risque accru d’infections respiratoires au cours de la première année de vie.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)