Etudiants : quelle couverture santé ?

Votre ado devient étudiant ? Même s’il a une santé de fer, ne tardez pas à mettre à jour sa couverture santé.

Dès que votre enfant s’inscrit dans un établissement supérieur (université, IUT, BTS, classe préparatoire, etc.), les modalités de sa couverture santé évoluent. Quelques clés pour vous simplifier les démarches.

L’inscription à la Sécurité sociale

L’affiliation à la Sécurité sociale est obligatoire. Il suffit de procéder à son inscription à la rentrée.
Bonne nouvelle : si votre enfant a moins de 20 ans et que son vingtième anniversaire ne tombe pas pendant l’année universitaire à venir (soit entre le 1er octobre de l’année en cours et le 30  septembre de l’année suivante) et si, en tant que parents, vous êtes salarié, fonctionnaire, chômeur ou exploitant ­agricole, son inscription est gratuite. C’est le cas aussi pour les étudiants boursiers, sans condition d’âge.
En revanche, s’il a 20 ans ou plus, l’inscription au régime étudiant sera payante (215  euros pour l’année 2015‑2016). Vous avez la possibilité de régler cette cotisation en trois fois : le premier versement doit être effectué le jour de l’inscription, et les deux autres au cours des deux mois suivants.
Au moment de son inscription, vous aurez le choix entre le centre national de sécurité sociale étudiante, à savoir la LMDE (La Mutuelle des étudiants), et un centre régional : la Smerep (Société mutualiste des étudiants de la région parisienne), la MGEL (Mutuelle générale des étudiants de l’Est)... Les prestations (taux de rem­boursement, notamment) de ces deux types d’organismes sont exactement les mêmes pour ce qui est du volet Sécurité sociale.
Sur Ameli.fr, le site de l’Assurance maladie, vous trouverez toutes les informations concernant vos droits, vos démarches, les formulaires de la Sécurité sociale, etc.

Le choix d’une complémentaire santé

Même si notre système de Sécurité sociale nous assure une bonne protection, il ne prend pas en charge la totalité de nos frais de santé. C’est la raison pour laquelle il est important de complé­ter cette protection par une complémentaire santé adaptée à la nouvelle situation de votre enfant, et de bien choisir celle-ci.
Ne vous laissez pas piéger par les offres attractives qui pourraient vous être proposées : si les régimes ­obligatoires de Sécurité sociale comprennent bien le terme «  mutuelle  », elles ne sont chargées que de ce que l’on appelle la Sécurité sociale des étudiants. Vous pouvez ainsi choisir deux organismes distincts pour le régime obligatoire et la complémentaire santé.
En fonction de votre situation, vous pouvez :
• Compter sur votre couverture santé, en tant que parent. Très souvent, la complémentaire santé des parents pourra continuer de couvrir l’enfant sans engendrer de surcoût. Il suffit d’informer la MCA qu’il est désormais affilié au régime étudiant.
• Lui choisir sa propre couverture santé. Dans ce cas, optez pour une protection santé adaptée, qui lui permettra d’éviter les dépenses imprévues et participera à la réussite de sa nouvelle vie d’étudiant. La MCA vous propose l’option «  Jeune  » (lire l’encadré).
Pour plus d’infos, rendez-vous en agence ou consultez le site www.mc-alsace.fr.

 

La MCA pense à votre ado
Pour que votre enfant vive sa santé en toute sérénité, souscrivez pour lui
à l’option «  Jeune  » de la MCA, dès 13,65  euros par mois (tarif indicatif au régime local). Adaptées à ses moyens et à ses besoins, les prestations de cette option s’additionnent aux remboursements de la Sécurité sociale et lui permettent
de couvrir ses éventuels petits soucis de santé, le tout sans grever son budget.
Elle complète idéalement sa couverture obligatoire, quelle que soit sa mutuelle étudiante. Lunettes, lentilles, médicaments prescrits et non remboursés par la Sécurité sociale, soins dentaires, pilule contraceptive, sevrage tabagique… : la liste des garanties est vaste.
Dès la rentrée, nos partenariats avec la MGEL et LMDE facilitent encore la vie
de votre enfant en accélérant les remboursements grâce à la télétransmission automatique des données par le professionnel de santé : pas de tracasseries administratives supplémentaires ! Et pour bon nombre de soins, aucune avance d’argent n’est à faire : le tiers payant est inclus.
→ Les plus de l’option «  Jeune  » :
• La garantie Vitalmut gratuite. Profitez aussi de la garantie «  sports et loisirs  »,
qui couvre l’ensemble de ses activités de détente (vacances, sports d’hiver, pratiques sportives en club).
• L’assistance rapatriement vingt-quatre heures sur vingt-quatre, 365 jours par an, en cas de pépin à l’étranger et pour tout accident médicalement constaté,
doublée de la couverture MCA Assistance (assistance à domicile vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept).
Pour plus d’infos, rendez-vous en agence ou consultez le site www.mc-alsace.fr.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS