« Et si l’autre c’était toi ? » : la nouvelle campagne de lutte contre le harcèlement scolaire

, par  Léa Vandeputte

Alors que près d’un élève sur dix est victime de harcèlement au cours de sa scolarité, un spot vidéo met en avant la responsabilité collective et incite les plus jeunes à refuser les mauvais comportements.

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école, ce jeudi 10 novembre, le ministre de l’Éducation et de la Jeunesse, Pap Ndiaye, lance la campagne de sensibilisation contre le harcèlement 2022-2023. Intitulée « Et si l’autre c’était toi ? », elle invite les harceleurs ainsi que les témoins à se mettre à la place de la victime afin de « ne plus laisser libre cours à ces comportements inacceptables et destructeurs ».

Une vidéo inspirée par les collégiens

Le clip national de sensibilisation est diffusé en format court dans les médias, et mis à la disposition des établissements scolaires dans un format plus long. Il met en scène le jeune Lilian, qui regarde un live dans lequel sa camarade Sam se fait malmener. Alors qu’il s’amuse de la situation, Lilian bascule dans un monde parallèle inquiétant qui lui fait prendre conscience de sa responsabilité. Il décide alors d’aider Sam et l’accompagne à la vie scolaire. Ce scénario fantastique s’inspire d’une précédente vidéo réalisée par les élèves de l’Espace jeunesse et du collège Louis-Braille d’Esbly (Seine-et-Marne), lauréats de la mention « coup de cœur des professionnels de la communication » du prix Non au harcèlement 2021-2022. Ces derniers ont d’ailleurs participé au tournage du spot en tant qu’acteurs et figurants.

Des dispositifs d’écoute

À la fin du clip, deux numéros d’écoute gratuits sont mis en avant : le 3020, géré par l’École des parents et des éducateurs d’Île-de-France (EPE-IDF), pour les situations de harcèlement entre élèves, et le 3018, de l’association e-Enfance, pour les situations de cyberharcèlement.
De son côté, l’Éducation nationale a mis en place des dispositifs de prévention. Le programme Phare dote chaque établissement d’un plan de prévention et crée « une communauté protectrice formée et pleinement engagée dans la lutte contre le harcèlement ». Grâce à cela, chaque élève peut trouver facilement un adulte de confiance en capacité de l’écouter et de l’aider. Ce programme, qui a été généralisé à toutes les écoles élémentaires et tous les collèges publics à la rentrée 2022, a pour objectif, selon le ministère, de « détecter les situations d’intimidation et de harcèlement le plus précocement possible et de les résoudre au sein même de l’école ou de l’établissement ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS