L’Education nationale s’associe à la première campagne d’information sur l’endométriose

, par  Isabelle Coston

La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a décidé de lancer une campagne d’affichage dans les établissements scolaires pour mieux faire connaître l’endométriose, une maladie gynécologique souvent ignorée, mais qui touche une Française sur dix.

Le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a signé lundi 27 juin une convention de partenariat avec l’association Info Endométriose, qui regroupe cinq associations de patientes (EndoFrance, ENDOmind France, Ensemble contre l’endométriose, Mon endométriose ma souffrance, Karukera endométriose). Dès la prochaine rentrée scolaire, des affiches et des brochures d’information seront mises en place dans les établissements scolaires pour sensibiliser collégiennes, lycéennes, infirmières, médecins scolaires et enseignants à cette maladie dont on parle peu, mais qui concerne 10 % des femmes.
Un site Internet dédié, info-endométriose.fr, a également été créé par ces associations pour diffuser le message de la campagne : « Les règles, c’est naturel, pas la douleur ! ». De plus, l’implication de personnalités du spectacle comme la comédienne Julie Gayet ou la chanteuse Imany, présentes lors de la signature de la convention, apporte aussi un coup de projecteur sur l’endométriose.

En parler à l’école pour réduire le retard de diagnostic

Le docteur Chrysoula Zacharopoulou, présidente de l’association Info Endométriose, a insisté sur le rôle important de l’école pour « sensibiliser les jeunes à cette maladie dont on parle peu, car elle touche à l’intime ». Elle a regretté la méconnaissance des patientes, du grand public mais aussi, parfois, du corps médical. En réponse, Najat Vallaud-Belkacem a exprimé le souhait que « les élèves et les personnels de l’Education nationale soient sensibilisés à cette maladie, dans le cadre, notamment, du parcours éducatif de santé, qui entre en vigueur à la rentrée 2016 ».
Pour cela, des outils pédagogiques et des modules de formation seront mis à la disposition des personnels de l’Education nationale par Info Endométriose. « Ces actions doivent aider à briser un tabou et à réduire le retard de diagnostic qui est actuellement de sept ans, favorisant ainsi une prise en charge médicale plus précoce pour une limitation de l’aggravation des symptômes », explique le ministère sur son site Internet.

Des douleurs à ne pas prendre à la légère

Cette maladie gynécologique, qui se caractérise par le développement, hors de la cavité utérine, de tissu semblable à celui de la muqueuse de l’utérus, peut causer de fortes douleurs lors des règles et nuire ainsi au bon déroulement de la scolarité des élèves qui en sont affectées. Natacha, qui vient d’avoir son bac, a témoigné lors de la conférence de ces douleurs, si intenses qu’elles la faisaient pleurer, et de l’incompréhension des professeurs, qui ne prenaient pas ses souffrances au sérieux. Najat Vallaud-Belkacem a d’ailleurs pointé les « préjugés tenaces » selon lesquels « les femmes seraient fragiles par nature », soulignant que « souffrir, c’est le signe que l’on est malade ». La ministre a également rappelé que l’endométriose était « la première cause d’infertilité chez les femmes ». Grâce à cette campagne, « les jeunes filles qui ont des règles douloureuses [seront incitées] à consulter le plus tôt possible ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS