En passant par Bordeaux

, par  Yves LOUCHEZ

La découverte d’un lieu donne l’occasion de connaitre un artiste contemporain.

Les résidents bordelais, conscient du patrimoine de leur ville, ont soutenu la restauration des entrepôts Lainé et ont eu plaisir à les voir renaître en musée d’art contemporain.

PNG - 99.8 ko

Ce bâtiment voulu par la Chambre de Commerce sera Joseph Louis Joachim Lainé, parlementaire, ministre d’état de Louis XVIII. C’est l’ingénieur des Ponts et Chaussées Claude Deschamps qui assure la conception et la construction.
En 1984 le Musée d’art contemporain de Bordeaux (CAPC) s’y installe et disposera en 1990 des espaces réhabilités de cet ancien entrepôt de denrées coloniales. Sa mission : faire connaître l’art d’aujourd’hui et familiariser son public avec les formes changeantes de l’actualité artistique.
Plusieurs phases de travaux vont se succéder jusqu’en 1990, conduits par les architectes Denis Valode, Jean Pistre et l’architecte d’intérieur Andrée Putman. Ainsi les entrepôts vont devenir le lieu dédié exclusivement à l’art contemporain. Hormis Paris avec le Centre Georges-Pompidou peu de ville pouvait, à cette époque, s’enorgueillir de posséder un tel volume entièrement consacré à L’art contemporain.

L’exposition du moment  : Takako Saito du 8 Mars 22 Septembre.

JPEGRepéré dès 1963 à son arrivée à New York par George Maciunas, Takako s’immerge rapidement et naturellement dans le mouvement « Fluxus ».Ce mouvement crée par George Maciunas correspond à sa propre philosophie dans laquelle la performance et le jeu tiennent une place centrale. Ce mouvement dont beaucoup d’artiste des années 60/70 se revendiquent : John Cage, Nam June Paik, Ben Vautier, Robert Filliou n’a jamais réellement définit de « ligne ». C’est sur la base de la la liberté que ces artistes se retrouvent. Takako Saito est fidèle à ce message….
Yves Louchez

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)