Le retour à l’emploi après un cancer reste difficile

, par  Aude Malaret

Une double peine pour les personnes atteintes d’un cancer : un tiers des actifs ont quitté ou perdu leur emploi deux ans après le diagnostic, selon les chiffres publiés le 17 avril dernier par La Ligue contre le cancer. Dans son troisième rapport, l’Observatoire sociétal des cancers montre la difficulté de concilier vie active et maladie.

« Le monde du travail et le cancer sont deux réalités qui ne se comprennent pas toujours », constate la professeure Jacqueline Godet, présidente de La Ligue contre le cancer, en introduction de la troisième édition du rapport de l’Observatoire sociétal des cancers, publiée le 17 avril dernier par l’association. Intitulée « Cancer en entreprise : le tabou persiste », cette étude, conduite auprès de 4 000 personnes, analyse l’impact du cancer sur le parcours professionnel de ceux qui en sont atteints. Sur les 360 000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués en France chaque année, les plus de 65 ans représentent environ 60 % des patients, souligne un article du Monde, mais la maladie touche aussi les actifs : un homme sur trois et près d’une femme sur deux doivent ainsi concilier soins médicaux et activité professionnelle. Et parmi les malades qui étaient en emploi effectif au moment du diagnostic, trois sur dix ne le sont plus deux ans après. Il s’agit pour une bonne part (44 %) de personnes toujours en arrêt de travail, mais aussi de personnes ayant perdu leur poste. Pour celles qui étaient au chômage au moment du diagnostic, seules 30 % ont retrouvé un emploi deux ans après. Une maladie qui fragilise la vie professionnelle, puisque 11 % des personnes en activité disent s’être senties pénalisées à cause de leur cancer.

Des mesures d’accompagnement peu utilisées

Si des mesures spécifiques pour aider au maintien dans l’emploi pendant et après la période de soins existent (mi-temps thérapeutique ou statut de travailleur handicapé), elles restent peu connues et sont sous-utilisées. Ainsi, un tiers des salariés ayant été atteints d’un cancer affirment n’avoir bénéficié d’aucune mesure durant leur traitement. Et la même question posée aux employeurs révèle la profondeur du fossé entre eux et leurs salariés : ils sont 79 % à déclarer avoir fait bénéficier leurs salariés malades de mesures spécifiques. Dans les faits, 50 % des salariés ont bénéficié d’un aménagement d’horaires, 38 % d’un aménagement de leurs tâches et 37 % d’une réduction du temps de travail.

Concilier vie active et maladie n’est guère plus facile après la guérison : « Quand les personnes retournent au travail, elles sont guéries. Le problème, ce n’est donc pas le cancer, ce sont les traitements et leurs effets secondaires qui diminuent physiquement les personnes, explique au quotidien La Croix Sylvie Delanian, cancérologue à Paris. Elles ont envie de travailler, mais leur capacité de concentration n’est plus la même. Elles traînent leur fatigue comme un boulet. » La moitié des salariés souffrent en effet de la fatigue physique et des effets du traitement et 26 % d’entre eux évoquent des difficultés à se concentrer et à mémoriser. Anticiper et établir un dialogue entre le salarié et l’employeur permettra à chacun de formaliser ses attentes et de préparer au mieux le retour à l’emploi.

Sources
- « Cancer en entreprise : le tabou persiste », La Ligue contre le cancer.
- « Cancer : un patient sur trois se dit pénalisé sur le plan professionnel », Amélie Pelletier, Doctissimo.fr, 17 avril 2014.
- « Le retour au travail après un cancer reste souvent problématique », Elise Godeau, Lemonde.fr, 17 avril 2014.
- « Reprendre le travail après un cancer », Allodocteurs.fr, 18 avril 2014.
- « Cancer : les solutions méconnues pour faciliter le retour à l’emploi », Audrey Vaugrente, Pourquoidocteur.fr, 18 avril 2014.
- « Après un cancer, le retour au travail reste difficile », Ariane Riou, La-croix.fr, 18 avril 2014.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS