Ehpad : bien vieillir à l’abri des dérives sectaires

, par  Delphine Delarue

Fragilisés par l’isolement, la perspective de la fin de vie et parfois la maladie, nos anciens sont des cibles idéales pour les mouvements sectaires. Dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) notamment, cette menace peut prendre différentes formes : auxiliaires bénévoles influencés par des mouvements sectaires ou groupements bien identifiés qui cherchent à pénétrer les structures, tous ont des motivations essentiellement financières. La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) appelle les responsables d’établissement et les familles à la plus grande vigilance.

« Qu’elles vivent seules ou en établissement médico-social, les personnes âgées sont des cibles idéales pour les mouvements sectaires à la recherche de sources potentielles de revenus, explique Serge Blisko, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Le grand âge est un moment de la vie où l’on est souvent fragilisé par l’isolement, le deuil, la maladie ou l’angoisse de la mort. Les personnes délaissées par leurs proches s’attachent facilement à ceux qui leur manifestent de l’intérêt, elles sont donc particulièrement vulnérables aux manipulations. » Si le nombre de victimes âgées demeure difficile à évaluer, la menace est bien réelle. Dans un rapport publié en 2013, la Miviludes évoque les risques pesant sur les résidants d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). D’après les témoignages recueillis, elle identifie plusieurs types de danger. Il y a tout d’abord la menace représentée par certains visiteurs extérieurs : « Le cas le plus courant relevé […] est celui des auxiliaires bénévoles qui […] peuvent profiter de l’absence de vigilance de la direction de l’établissement et de la carence de la famille pour instaurer une relation de confiance […] avec la personne et lui soutirer des dons, legs, avantages financiers pour leur propre compte ou pour celui du mouvement auquel ils appartiennent », indique le rapport.

Groupements d’inspiration philosophique ou spirituelle
Le risque peut aussi venir de groupements d’inspiration philosophique ou spirituelle mieux structurés, qui cherchent à pénétrer les Ehpad à des fins de prosélytisme. « Parfois, le risque de dérive est lié aux personnels de l’établissement eux-mêmes, précise Serge Blisko. Dans ces structures, les soignants travaillent dans des conditions humainement et émotionnellement très difficiles. Ils peuvent donc être séduits par des formations de type “développement personnel” ou “gestion du stress” pas très bien identifiées et souvent inspirées par des mouvements sectaires. »
Plusieurs signes permettent de repérer un début d’emprise chez les résidants : un changement brutal d’alimentation, de croyances ou de religion… Une personne âgée qui refuse de recevoir sa famille ou de prendre un traitement médicamenteux jusque-là bien toléré doit immédiatement alerter. « Les familles et les responsables d’établissement ont le devoir rester vigilants et attentifs, insiste le président. Au moindre doute, je les invite à contacter la Miviludes, qui préviendra les autorités compétentes si nécessaire. Elle saura aussi orienter vers les structures d’aide dédiées. »

Protéger nos anciens
Pour protéger nos aînés, la mission a émis des recommandations dont certaines ont été entendues : la loi sur le vieillissement adoptée fin 2015 interdit par exemple les dons et legs réels aux auxiliaires bénévoles et introduit la notion de personne de confiance dans le Code de l’action sociale des familles. Cette mesure permet désormais à la personne âgée de désigner celui ou celle qui défendra ses intérêts dès l’entrée dans l’établissement. La Miviludes souhaite par ailleurs que le rôle du conseil de vie sociale au sein des établissements soit renforcé dans tous les Ehpad avec l’intégration d’associations agréées. Enfin, elle insiste sur l’information des responsables médico-sociaux. Elle propose un module de formation spécifique à l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) et lance régulièrement des actions de sensibilisation avec des partenaires comme la Mutualité française (lire aussi l’encadré ci-dessous). « Il faut poursuivre ces travaux, conclut Serge Blisko. N’oublions pas que, d’ici à 2040, la France comptera 7 millions de personnes de plus de 80 ans. Cela ne fera qu’amplifier les risques. »
Renseignements supplémentaires : Derives-sectes.gouv.fr.

Des « Matinales santé » avec la Mutualité française Partenaires depuis 2013, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et la Mutualité française mènent des opérations communes de sensibilisation et d’information sur les risques de dérives sectaires dans le domaine de la santé. Dernière action en date : une « Matinale santé » organisée le 31 mai dernier par la Mutualité Languedoc-Roussillon à Montpellier et à laquelle plusieurs responsables du secteur médico-social ont assisté. Cette conférence-débat ouverte à tous, deuxième du genre après une première édition en avril à Orléans, a été l’occasion d’évoquer les menaces susceptibles de peser sur les résidants des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). « Les mutuelles ont un rôle d’accompagnement de leurs adhérents, explique Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF). Et dans l’accompagnement, l’information est fondamentale pour prévenir et lutter contre ces risques, notamment dans les Ehpad, où l’on trouve des publics fragilisés et vulnérables. » Une troisième « Matinale santé » devrait être prochainement organisée dans l’Est de la France. En parallèle, la Mutualité poursuit sa démarche de sensibilisation, notamment par des chats prévus prochainement sur le site de Priorité santé mutualiste (Prioritesantemutualiste.fr).

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS