Écrans : agir contre la surexposition des jeunes

, par  Isabelle Coston

Les adolescents et les enfants, y compris les plus petits, passent beaucoup (trop) de temps devant les écrans. Les parents qui, eux aussi, en font un usage parfois immodéré, ont souvent bien du mal à leur éviter une surexposition. Autorités publiques, associations et acteurs du numérique mettent en place des outils pour les aider à agir.

Le numérique a envahi les vies des grands mais aussi des petits. En quelques années, il est devenu indispensable pour un grand nombre d’activités et à tous les âges. Pour aider les parents à limiter le temps passé par leurs enfants devant les écrans, le gouvernement lance un plan d’actions « pour un usage raisonné des écrans par les enfants et les jeunes ».

Réguler l’usage des écrans

« Les enfants de 2 ans sont 84 % à regarder la télévision au moins une fois par semaine », indique le ministère des Solidarités et de la Santé, qui précise : « Entre 3 et 17 ans, la moyenne de temps passé devant les écrans est de 3 heures par jour en France. » Avec la crise sanitaire, les chiffres ont explosé et les parents, bien malgré eux, ont été nombreux à lâcher la bride. Institué à la demande d’associations parentales, le plan d’actions vise donc à « promouvoir l’information, l’éducation et l’accompagnement des enfants, des parents et des professionnels afin d’apprendre à utiliser les écrans en tant que support, dans des temps et lieux appropriés ». L’enjeu est, notamment, d’éviter que les enfants diminuent leur activité physique et leurs interactions sociales à cause des écrans, mais aussi de les protéger des incitations à la haine et à la violence véhiculées par les réseaux sociaux. Enfin, l’exposition précoce des enfants à la pornographie est également un phénomène jugé de plus en plus préoccupant.

Un plan en plusieurs volets

Pour mieux informer les parents et parvenir à réguler cet usage croissant et souvent anarchique des outils numériques par les jeunes, le plan se présente sous la forme de plusieurs « actions phares » :
- Création d’un campus de la parentalité pour mieux accompagner les parents.
Ce campus verra l’installation d’ateliers, partout sur le territoire à travers un réseau d’associations, afin de mieux accompagner les parents face à l’utilisation du numérique par leurs enfants.

- L’extension du site internet Jeprotegemonenfant.gouv.fr est également décidée.

- Le développement des compétences numériques des élèves dès le CM1 via la plateforme Pix.
Selon un sondage Médiamétrie (février 2020), 9 ans et 9 mois est l’âge moyen d’acquisition du premier téléphone portable. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a choisi de sensibiliser les enfants dès le CM1. Une attestation de compétences numériques, équivalant à un passeport internet, sera délivrée en classe de sixième. « Il s’agit de permettre aux enfants scolarisés en cycle 3 de mieux connaître et mieux maîtriser les opportunités mais aussi les limites et les dangers du numérique », souligne le gouvernement. Le dispositif sera effectif dans 12 départements dès la rentrée 2022, avant d’être généralisé en 2023.

- La création d’un baromètre annuel dans le but de mieux connaître les usages du numérique des Français.
La réalisation de ce baromètre annuel est confiée à la Mission de lutte interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

Ce plan, qui découle directement des recommandations émises par le Haut Conseil de la santé publique (HSCP), sera bientôt « complété par un volet sanitaire traitant du repérage et de la prise en charge des troubles liés à une surexposition aux écrans », promet le secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles, Adrien Taquet.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS