Douleurs chroniques : un Français sur trois est concerné

, par  Pauline Maisterra

Mal de dos, migraine, rhumatismes : certaines douleurs persistent et empoisonnent la vie. Selon un récent sondage, 68 % des personnes interrogées ressentent des douleurs depuis plus d’un an, soit, ramené à la population générale, 35 % des Français.

Lors d’une enquête CSA réalisée récemment pour le laboratoire Sanofi*, 68 % des personnes interrogées déclaraient éprouver des douleurs depuis plus d’un an, soit 35 % de la population. Un chiffre stable : en 2004, selon une étude du Stopnet (Study of the Prevalence of Neuropathic Pain), il était de 31,7 %. « Cela reste élevé », constate le docteur Michel Lanteri-Minet, chef du service du département Evaluation et traitement de la douleur au CHU de Nice et membre de la Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD). Les raisons en sont multiples, ajoute-t-il : « Certains malades n’osent pas aller consulter et certains médecins, quant à eux, considèrent la douleur chronique comme un simple symptôme. De plus, on ne compte que 300 centres d’évaluation et de traitement de la douleur, qui chaque année voient passer 300 000 patients, alors qu’ils sont des millions à souffrir de douleurs chroniques. »

Vivre avec une douleur qui ne disparaît pas

« Une douleur chronique, souligne le docteur Lanteri-Minet, on ne peut pas forcément la supprimer, au contraire d’une douleur aiguë. » Celle-ci survient de façon brutale et la cause en est précise, alors que l’on parle de douleurs chroniques lorsqu’une personne souffre depuis plus de trois mois, même sous traitement. Deux éléments sont également à prendre en compte : le facteur psychologique (plus on pense à sa douleur, plus on a mal) et l’aspect social (un divorce ou un problème au travail peut par exemple aggraver la sensation de douleur). Le « top 5 » des douleurs chroniques ? Les céphalées et les migraines, les troubles lombaires, les douleurs neuropathiques (lésions nerveuses), les pathologies arthrosiques et la fibromyalgie.
« On fait tout pour réadapter le patient, lui permettre de vivre normalement », tient à préciser le docteur Lanteri-Minet. Vous savez, un tiers des patients que l’on a ici sont dans l’incapacité de travailler à cause de ces douleurs. » Des douleurs qui peuvent même amener à la dépression. La solution passe à la fois par le traitement médical et par une approche non pharmacologique : psychothérapie, relaxation, acupuncture, etc. « Ils ont besoin d’être écoutés, soutenus, conclut le spécialiste, car lorsqu’un patient revient voir son médecin pour lui dire que le traitement n’a pas fonctionné et qu’on lui répond “Je ne peux rien pour vous”, il se sent perdu. »

* « Les Français et la douleur », enquête CSApour Sanofi, réalisée auprès de 2006 personnes âgées de 18 à 60 ans, août-septembre 2014.

 

Sources
- « Un Français sur trois souffre de douleur chronique », Anne Prigent, Lefigaro.fr, 16 octobre 2014.
- « Douleur »,Institut national de la santé et de la recherche médicale.
- « Douleur chronique : les aspects organisationnels », Haute Autorité de santé (HAS), avril 2009.

 

La douleur n’épargne pas les enfants « Les enfants ressentent la douleur dès leur naissance, explique le docteur Michel Lanteri-Minet, chef du service du département Evaluation et traitement de la douleur au CHU de Nice et membre de la Société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD). Chez eux, la douleur chronique la plus fréquente est la migraine : 10 % en souffrent. » Comment savoir à quel point un enfant a mal ? Demandez-lui, comme à un adulte, de vous dire le niveau de la douleur qu’il ressent sur une échelle de 1 à 10. Des dessins en forme de visage peuvent également être utilisés. Au moindre doute, allez consulter un professionnel de santé, surtout si l’enfant est jeune et ne parle pas encore.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.