Douleur à l’épaule : et si c’était une capsulite ?

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Une épaule raide et douloureuse au moindre mouvement comme au repos, tels sont les symptômes de la capsulite. Le diagnostic de cette inflammation articulaire trop peu connue tarde souvent à être posé, et le patient vit alors des semaines, quand ce n’est pas des mois, avec une douleur lancinante inexpliquée.

La capsule est le nom de l’articulation principale de l’épaule et, par extension, la capsulite désigne la diminution de sa capacité articulaire – on parle de rétraction capsulaire (voir le schéma). L’épaule est « bloquée », et son amplitude, limitée. « J’avais mal à l’épaule tous les jours, se souvient Marion*, 45 ans, dans la journée, au travail, mais aussi la nuit, alors qu’on ne voyait rien sur les radios... »
Si elle est diagnostiquée dès les premiers symptômes, cette inflammation articulaire se soigne rapidement et efficacement. Hélas, les patients pointent encore une errance de diagnostic. « On la confond souvent avec une tendinite, dont les symptômes sont les mêmes que ceux de la première phase de capsulite : une douleur intense, à l’effort comme au repos, durant la nuit, explique Christophe Dauzac, masseur-kinésithérapeute, spécialiste de l’épaule. En général, le médecin traitant prescrit des anti-inflammatoires contre la douleur, renouvelés sur plusieurs semaines, et là, je dirais qu’il est déjà tard pour les soins en kinésithérapie... »
Il faut souvent attendre le deuxième stade, quand l’épaule se raidit, pour que le médecin traitant soupçonne une capsulite. Le patient ne peut déjà plus prendre un livre sur les étagères les plus hautes de sa bibliothèque, par exemple, alors que cela ne lui avait jamais posé de problème auparavant. « J’ai attendu plusieurs mois avant de passer un scanner, confirme Marion, car la douleur persistait, et c’est seulement là que mon médecin a détecté l’inflammation de l’articulation. »

A l’origine, souvent un mini-traumatisme

Marion a suivi plusieurs séances de kinésithérapie, à la fois pendant la phase dite froide de raideur de l’épaule et pendant la phase de guérison, avec massages, physiothérapie (traitement par la chaleur, notamment) et balnéothérapie (en piscine). Dans certains cas, les professionnels de santé préconisent une infiltration de cortisone, plutôt lors de la première phase inflammatoire.
Quant aux causes de la capsulite, il s’agit souvent d’un microtraumatisme, à la suite d’une chute par exemple. « Des gestes répétés peuvent également en être à l’origine, comme ceux que l’on effectue dans un travail de manutention », ajoute Christophe Dauzac. Certaines maladies constituent un facteur aggravant, à l’instar du diabète : en déréglant le système vasculaire, celui-ci agit sur l’enveloppe de l’articulation de l’épaule, qui récupère alors moins bien des traumatismes. Les troubles de la thyroïde, un terrain anxieux ou encore une douleur chronique à l’épaule accroissent aussi le risque de capsulite.
Quoi qu’il en soit, les kinésithérapeutes en modèrent les conséquences : « C’est une affection bénigne, qui finit par guérir toute seule avec le temps, en un à trois ans », assure Christophe Dauzac. Le corps humain est en effet capable de résorber, seul et très progressivement, l’inflammation de la capsule. Seule séquelle d’une capsulite non soignée, selon le praticien : « une perte d’amplitude et de souplesse de l’épaule, mais non handicapante ».

* Le prénom a été changé.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS