Donner à manger à ses neurones

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Bernard Doutres, pharmacien, conseille dans Un cerveau au top* de respecter le dicton populaire « Manger comme un roi le matin, comme un prince le midi et comme un pauvre le soir ». Il préconise, notamment aux étudiants, un petit-déjeuner riche en glucose afin d’éviter le « coup de pompe » du milieu de matinée : une grosse tranche beurrée de pain complet, au levain, à l’épeautre ou multicéréales ; une tranche de jambon blanc ou cru ou un œuf (au plat, en omelette ou à la coque) ; un morceau de fromage à pâte dure (emmental, comté, etc.) d’environ 50 grammes ou un yaourt nature ; un fruit de saison ; une boisson (thé, café, tisane, eau ou jus de fruit pressé). Pour les autres repas de la journée, privilégiez les fruits et les légumes pour les polyphénols et la vitamine C (kiwi, agrumes, fruits rouges, chou), le poisson et les crustacés pour leurs apports en zinc et en sélénium, les amandes et les noix pour les oméga 3 et la vitamine E, ainsi que les protéines, présentes dans la viande rouge ou blanche, la volaille et le poisson.

* Un cerveau au top, de Bernard Doutres. Thierry Souccar éditions (190 pages, 9,90 euros).

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)