Donner à manger à ses neurones

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Bernard Doutres, pharmacien, conseille dans Un cerveau au top* de respecter le dicton populaire « Manger comme un roi le matin, comme un prince le midi et comme un pauvre le soir ». Il préconise, notamment aux étudiants, un petit-déjeuner riche en glucose afin d’éviter le « coup de pompe » du milieu de matinée : une grosse tranche beurrée de pain complet, au levain, à l’épeautre ou multicéréales ; une tranche de jambon blanc ou cru ou un œuf (au plat, en omelette ou à la coque) ; un morceau de fromage à pâte dure (emmental, comté, etc.) d’environ 50 grammes ou un yaourt nature ; un fruit de saison ; une boisson (thé, café, tisane, eau ou jus de fruit pressé). Pour les autres repas de la journée, privilégiez les fruits et les légumes pour les polyphénols et la vitamine C (kiwi, agrumes, fruits rouges, chou), le poisson et les crustacés pour leurs apports en zinc et en sélénium, les amandes et les noix pour les oméga 3 et la vitamine E, ainsi que les protéines, présentes dans la viande rouge ou blanche, la volaille et le poisson.

* Un cerveau au top, de Bernard Doutres. Thierry Souccar éditions (190 pages, 9,90 euros).

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)