Don du sang : l’EFS lance un appel urgent à la mobilisation

, par  Léa Vandeputte

L’été, les stocks sanguins diminuent de manière alarmante. Pour assurer les besoins des malades dans les semaines à venir, l’Etablissement français du sang (EFS) appelle la population à donner « dès maintenant et massivement ».

« En donnant votre sang, vous pouvez sauver des vies. Don de sang, maintenant c’est urgent. » Le message du nouveau spot de l’Etablissement français du sang (EFS), diffusé à la télévision et à la radio jusqu’au 12 juillet, est clair. Les réserves de sang sont en effet trop faibles. La France ne dispose actuellement que de 80 000 poches de sang quand il en faudrait 100 000.

Donner même sur son lieu de vacances

« Au moment où beaucoup de Français s’apprêtent à prendre des congés, les réserves doivent être maintenues à un niveau satisfaisant pour faire face aux besoins des malades et sauver des vies », s’inquiète l’EFS sur son site. Chaque année, un million de malades sont soignés grâce aux dons, par transfusion ou avec des médicaments dérivés du sang. Les produits sanguins sont prescrits aux personnes atteintes d’une hémorragie (lors d’un accouchement, d’une intervention chirurgicale ou d’un accident), d’une maladie du sang ou d’un cancer. « Malgré la mobilisation lors de la Journée mondiale des donneurs de sang le 14 juin dernier, la dynamique prolongeant cet élan s’est ralentie, notamment en raison du récent épisode caniculaire », déplore l’établissement. D’autant que l’été est une période traditionnellement critique pour les réserves de sang. Les donneurs et donneuses sont donc invités à se rendre sur les lieux de collecte dès que possible. D’ailleurs, l’EFS met en ligne une carte interactive pour trouver la collecte la plus proche de chez soi ou de son lieu de vacances.

Objectif : 10 000 dons par jour

L’établissement rappelle qu’il n’existe pas de produit de substitution et que les dons de sang doivent être réguliers et constants, car la durée de vie des produits sanguins est limitée. Elle est de cinq jours pour les plaquettes, de quarante-deux jours pour les globules rouges, et d’un an pour le plasma. En France, le taux de perte est très faible, tous les stocks sont utilisés avant qu’ils ne se périment. Mais à flux tendu, le risque de manquer est important. Au total, 10 000 dons par jour sont nécessaires pour faire face aux besoins.
Pour donner, il faut avoir entre 18 et 70 ans, peser plus de 50 kilos et être reconnu apte suite à l’entretien pré-don. Pour savoir si l’on est éligible, un test est disponible sur le site de l’EFS. Les hommes peuvent donner jusqu’à six fois par an et les femmes jusqu’à quatre fois. Entre deux dons de sang, il faut respecter un délai de huit semaines minimum. En 2015, le nombre moyen de dons par donneur atteint seulement 1,81. L’EFS encourage donc les Français et les Françaises à se mobiliser. « Partagez votre pouvoir, donnez votre sang, prenez le temps de sauver des vies », conclut-il.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS