Diagnostic du Covid-19 : des tests sérologiques réservés aux soignants

, par  Léa Vandeputte

La Haute autorité de santé (HAS) préconise l’usage des tests sérologiques uniquement pour compléter ou confirmer un diagnostic de coronavirus. Elle déconseille également leur déploiement à grande échelle.

Dans le cadre du dépistage du Covid-19, la HAS a publié un avis, le 2 mai, concernant l’utilisation des tests sérologiques. Ces derniers permettent de rechercher dans le sang, et plus précisément dans le sérum qu’il contient, des traces immunitaires du passage du virus, c’est-à-dire des anticorps créés par l’organisme pour le détruire. Les experts estiment qu’il faut rester prudent face à ces tests et les utiliser, dans un premier temps, uniquement sur prescription médicale. Ils ciblent plus particulièrement les personnels soignants ou les personnels d’hébergements collectifs (établissements sociaux et médico-sociaux, prisons, casernes, résidences universitaires, internats…) qui n’ont pas de symptômes. « Des utilisations à des fins collectives, telles que l’organisation du travail au sein d’une entreprise ou l’aide au déconfinement, ne sont pas envisageables », indique la Haute autorité.

Des outils complémentaires

Selon elle, les tests sérologiques « complètent les tests virologiques (RT-PCR) indiqués en diagnostic précoce de la maladie ». Ce sont d’ailleurs ces derniers – réalisés grâce à un écouvillon qui permet de faire un prélèvement dans le nez – que le gouvernement a prévu d’utiliser en se fixant « l’objectif de réaliser au moins 700 000 tests virologiques par semaine à compter du 11 mai ». La différence entre ces deux types de tests est importante : les premiers déterminent si une personne a produit des anticorps en réponse à une infection par le virus, les seconds permettent de savoir si le malade est infecté au moment où ils sont réalisés. C’est pour cela que la HAS préconise d’utiliser les tests sérologiques en « complément, à partir du 7e jour ou du 14e après l’apparition des symptômes, notamment pour servir de « rattrapage » si un test virologique n’a pas pu être réalisé avant ou pour poser le diagnostic chez des patients présentant des signes évocateurs de Covid-19 mais dont le test virologique est négatif » .

Un manque de connaissance sur l’immunité

Précautionneuse, l’institution rappelle également que « les tests sérologiques ne permettent pas de statuer si la personne est contagieuse ou pas », avant d’ajouter : « en effet, il n’y a pas de corrélation établie entre production d’anticorps et présence du virus infectieux. » La question d’une immunité protectrice contre le Covid-19 fait toujours débat au sein du milieu scientifique. « L’immunisation n’est pas systématiquement synonyme d’immunité (ou de protection) contre une nouvelle infection par ce même virus », considère l’autorité sanitaire. « Mal utilisés, les tests pourraient induire en erreur les patients sur leur immunité, argumente-t-elle. Un relâchement sur les mesures barrières et la distanciation physique pourrait ainsi augmenter le risque d’une nouvelle vague épidémique. Ce qu’il faut à tout prix éviter. »
La HAS devrait rendre un autre avis, dans une dizaine de jours, sur l’utilisation des tests de diagnostic rapide et des autotests.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)