Diabète : priorité à la prévention

, par  Delphine Delarue

Jusqu’au 8 juin, l’Association française des diabétiques (AFD) organise la IIIe Semaine nationale de prévention de la maladie. Objectif : sensibiliser l’opinion aux réalités de cette affection insidieuse, qui concerne 4 millions de Français et peut causer de graves complications, souvent irréversibles.

Le message est clair : pour Gérard Raymond, secrétaire général de l’Association française des diabétiques (AFD), « l’arme la plus efficace dont nous pouvons disposer pour vaincre cette épidémie silencieuse », c’est la prévention. Actuellement en France, le diabète touche 4 millions de personnes et 400 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour. Plus grave encore : selon l’association, 700 000 personnes seraient atteintes sans le savoir et, si rien n’est fait, un Français sur dix sera touché d’ici dix à quinze ans. Pour sensibiliser l’opinion aux réalités de cette maladie, l’AFD vient de lancer la troisième édition de la Semaine nationale de prévention. Jusqu’au 8 juin, plusieurs manifestations sont organisées à travers l’Hexagone par ses 104 associations locales. Toutes rappellent les facteurs de risque les plus importants : l’hérédité, en premier lieu, mais aussi le mode de vie. Pour réduire les risques de développer un diabète de type 2 (lire également l’encadré ci-dessous), une alimentation équilibrée et une activité physique équivalente à trente minutes de marche par jour sont donc indispensables. Chacun est d’ailleurs invité à tester son risque de diabète en fonction de ses habitudes sur le site Contrelediabete.fr. En parallèle, un petit film de prévention d’une trentaine de secondes devrait être diffusé sur les chaînes de télévision.

Cécité, amputation, insuffisance rénale…

Sur son site, l’AFD précise que le diabète est une maladie sournoise. Le type 2, qui concerne 92 % de la population diabétique, essentiellement des adultes, se développe insidieusement pendant de longues années. Il peut se passer jusqu’à dix ans entre l’apparition des hyperglycémies et le diagnostic. « C’est souvent à l’occasion des premières complications graves que la personne consulte », constate l’association. Et sans traitement, ces complications peuvent se révéler dramatiques, irréversibles, voire mortelles : le diabète est la première cause de cécité avant 65 ans, la deuxième cause de maladies cardiovasculaires, la première cause d’amputation hors accident (8 000 par an), et il peut être à l’origine d’une insuffisance rénale terminale (3 000 nouveaux cas par an). Chaque année, environ 30 000 personnes décèdent des suites du diabète. C’est donc une maladie grave, « qui ne doit pas être prise à la légère ».

Une maladie coûteuse

Le diabète a par ailleurs la particularité d’être très coûteux. En 2011, l’Assurance maladie a dépensé 17,7 milliards d’euros pour assurer le traitement des malades. Un montant auquel s’ajoutent 5 milliards d’euros de frais indirects. « On comprend mieux l’intérêt de la prévention, tant au niveau des destinées individuelles que des dépenses sanitaires de la nation », note l’AFD. D’autant qu’avec la crise, il devient de plus en plus difficile pour les patients de se soigner : selon une étude reprise récemment par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut national de veille sanitaire (INVS), 20 % des malades déclarent avoir déjà renoncé à des soins pour des raisons financières. Si dans le cadre de l’affection de longue durée (ALD) le diabète est pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie, de nombreuses prestations pourtant nécessaires ne sont pas remboursées. C’est notamment le cas des consultations de diététicienne ou de psychologue, des soins de pédicurie ou encore de l’équipement en semelles orthopédiques.

Diabète de type 1 et diabète de type 2
On distingue habituellement deux types de diabète. Le type 1, le moins fréquent (6 % des diabétiques), concerne plus particulièrement les enfants et les jeunes adultes. C’est une maladie auto-immune qui se caractérise par une insuffisance ou une absence de fabrication d’insuline par le pancréas. L’insuline est une hormone qui permet au sucre présent dans le sang d’entrer dans les cellules de l’organisme pour assurer leurs besoins énergétiques. Sans insuline, elles ne reçoivent plus le sucre, qui s’accumule dans le sang. Le malade souffre alors d’hyperglycémie chronique et doit suivre un traitement rigoureux d’apport en insuline par injection. Le diabète de type 2 concerne quant à lui 92 % des patients diabétiques, essentiellement des adultes. Il est dû à une mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme ou à une fabrication défaillante de cette hormone par le pancréas.

 

Source
- Site de l’Association française des diabétiques (AFD) : Afd.asso.fr.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS