Des petits déjeuners gratuits dans les écoles

, par  Isabelle Coston

Pour que certains élèves des écoles maternelles et primaires ne passent plus la matinée le ventre vide, le gouvernement a décidé d’offrir un petit déjeuner aux enfants des quartiers les plus défavorisés.

L’Etat financera des petits déjeuners pour les écoliers des zones prioritaires, ont annoncé mardi 23 avril le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, et la secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Christelle Dubos. Ils se sont rendus à cette occasion dans une école de Pont-Sainte-Maxence, dans l’Oise, où une initiative de ce type existe déjà. A la suite d’un signalement des professeurs qui avaient remarqué que des enfants s’endormaient en classe faute d’avoir déjeuné, la mairie offre en effet depuis maintenant un an des petits déjeuners aux élèves qui en ont besoin.

Améliorer le quotidien des enfants en situation de précarité

La proposition, qui émane du député La République en marche (LREM) et neurologue Olivier Véran et de Véronique Fayet, présidente du Secours catholique, a été intégrée au plan pauvreté. Elle interviendra à la rentrée prochaine et sera déployée sur tout le territoire français. Le dispositif est déjà testé depuis avril dans 25 départements répartis sur huit académies : Amiens, La Réunion, Lille, Montpellier, Nantes, Reims, Toulouse et Versailles. L’État financera cette mesure à hauteur de 6 millions d’euros en 2019. Les écoles intéressées par la mesure devront se faire connaître et être situées dans une zone géographique répondant aux critères d’attribution, c’est-à-dire soit appartenir à un réseau d’éducation prioritaire (REP ou REP+), soit être localisée dans une des zones rurales identifiées comme pouvant bénéficier de cette opération.

Un élève sur dix concerné dans les réseaux d’éducation prioritaire

En France, on compte trois millions d’enfants pauvres, soit un enfant sur cinq. Selon le gouvernement, un enfant sur dix scolarisés en REP ou REP + se rend en classe sans avoir rien avalé. Ce petit déjeuner gratuit permettra par conséquent à 100 000 enfants d’assouvir leur faim dès leur arrivée à l’école. « L’objectif est de permettre aux enfants de ne pas commencer la journée le ventre vide, de rester concentrés pendant toute la matinée et ainsi d’apprendre dans les meilleures conditions. Cette mesure participe à la réduction des inégalités, dès le plus jeune âge », a rappelé le gouvernement. Le communiqué précise aussi que pour « s’adapter au mieux aux contraintes et aux réalités de chaque école, l’Etat viendra conseiller et accompagner les initiatives qui y seront mises en place, qu’elles soient menées par la commune, l’équipe éducative de l’école, une association, ou un partenariat entre ces acteurs, toujours en lien avec les parents. » Ces petits déjeuners seront distribués dans le respect de certains principes : ils devront être équilibrés et de qualité, servis dans le respect des règles de sécurité et d’hygiène alimentaire, ouverts à tous les enfants et accompagnés d’une action d’éducation à l’alimentation et d’une sensibilisation des parents au rôle du petit déjeuner.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS