Des généralistes de PACA soutiennent l’obligation vaccinale

, par  Vincent Portois

A l’approche du débat national sur la vaccination voulu par la Ministre de la santé, une enquête réalisée avec des médecins généralistes de la région PACA montre que la plupart d’entre eux vont dans le sens de la vaccination obligatoire. Cette étude pose aussi la question d’une meilleure formation des médecins concernant la vaccination.

Dans son Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) du 26 juillet dernier, l’agence Santé Publique France présente une étude visant à mieux connaître l’opinion des généralistes de la région PACA quant au maintien de la vaccination obligatoire. Le constat est sans équivoque : sur les 440 médecins interrogés, 92 % se prononcent en faveur de l’obligation vaccinale. Dans le détail, 44 % sont pour le maintien de la totalité des vaccins du calendrier et 48 % pour certains seulement. 24 % se disent même favorables « à un élargissement de la liste actuelle de vaccins obligatoires ». Enfin, seuls 5 % des répondants pensent « qu’il faudrait permettre des exemptions, par exemple religieuses ou philosophiques, pour les vaccins obligatoires chez l’enfant ».

Vaccination « obligatoire » et vaccination « recommandée »

L’enquête confirme aussi que, pour une partie des Français, la différence entre vaccins recommandés et vaccins obligatoires reste difficile à saisir. Certains médecins expriment par exemple des difficultés à convaincre les parents réticents à vacciner leurs enfants « du fait même de la coexistence de vaccins recommandés et obligatoires », notent les auteurs. C’est notamment lorsqu’ils se trouvent confrontés à ces difficultés que les généralistes sont d’ailleurs plus enclins à ce que la liste des vaccins obligatoires soit élargie. « Cette obligation peut être perçue, par une partie des médecins généralistes, comme un soutien dans leurs pratiques facilitant la tâche pour convaincre les parents de vacciner leurs enfants », précise l’étude.

Manque de formation des médecins

L’enquête souligne aussi un certain « manque de formation des médecins dans le domaine de la vaccination ». 40 % des répondants estiment par exemple que « les vaccins recommandés sont moins prioritaires que les vaccins obligatoires ». Un élément plutôt « préoccupant », selon les auteurs de l’étude et qui « corrobore l’idée que cette coexistence de régimes est source d’incompréhension tant pour la population générale que pour les professionnels de santé ».
Quoi qu’il en soit, les résultats obtenus « suggèrent que les médecins généralistes redoutent les conséquences d’une levée obligatoire de l’obligation vaccinale », concluent les auteurs. Selon eux, il est donc « essentiel » que ces médecins « soient partie prenante des discussions lors du débat national sur la vaccination pour qu’une réponse à leurs craintes leur soit apportée ».

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS