Dépister le cancer du poumon avant l’heure

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Chaque année en France, environ 40 000 personnes sont touchées par le cancer du poumon. Mais une simple prise de sang permettrait de le détecter des années avant que ses lésions ne soient visibles par scanner. L’étude menée par une équipe médicale niçoise confirme la fiabilité de ce test sanguin, qui devrait être commercialisé d’ici à la fin 2014.

« Une première mondiale », c’est en ces termes que l’équipe de recherche du CHU de Nice, sous la houlette du professeur Hofman, qualifie son étude parue dans la revue américaine Plos One le 31 octobre dernier. Les chercheurs niçois ont sélectionné 245 sujets dont 168 dits à risque face au cancer du poumon car ce sont de gros fumeurs atteints de bronchopathie chronique obstructive. Alors que le scanner ne détectait aucune lésion cancéreuse, le test sanguin Iset, développé en 2000 par deux médecins oncologues, Patricia Paterlini-Bréchot et Giovanna Vona, a lui identifié des nodules* chez cinq patients. Ces derniers ont pu être opérés, « le suivi d’un an minimum après chirurgie n’ayant montré aucun signe de récidive », a affirmé le CHU.

Un test fiable pour les tumeurs solides

L’étude du professeur Hofman et de son équipe démontre ainsi combien ce test sanguin est fiable, repérant une cellule cancéreuse parmi des milliards d’autres. Un espoir pour tous les malades du cancer, puisque « le test Iset est a priori valable pour tous les types de tumeurs solides, comme le sein, le côlon, la prostate ou le pancréas, précise Patricia Paterlini-Bréchot dans les colonnes du journal La Croix. Mais il nous faut faire encore beaucoup de recherches pour pouvoir les distinguer en cytopathologie ». L’équipe niçoise, elle, est ambitieuse : « Cette alerte joue un rôle clé dans la précocité de l’intervention chirurgicale, permettant ainsi de viser l’éradication du cancer. Il s’agit d’un très grand pas franchi dans le domaine de la médecine moderne : prédictive, personnalisée et non invasive. »
Le test Iset est également porteur dans le diagnostic prénatal des maladies génétiques, notamment de la trisomie 21.

* Lésion cutanée ou muqueuse bien délimitée, de forme approximativement sphérique et palpable.

Sources
- « Le cancer du poumon diagnostiqué des années avant sa détection par imagerie », communiqué de presse du centre hospitalier universitaire de Nice, 31 octobre 2014.
- « Une simple prise de sang pour dépister un cancer du poumon », Denis Sergent, La Croix, 3 novembre 2014.
- « Diagnostiquer un cancer par une simple prise de sang », Sophie Pujas, Lepoint.fr, 31 octobre 2014.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)