Dépistage du cancer colorectal : 15 % de baisse de la mortalité attendus

, par  La rédaction

Depuis avril 2015, un nouveau test de dépistage du cancer colorectal, plus simple et plus performant, est disponible. Ce test suscite de nombreux espoirs, puisqu’une baisse de 15 % de la mortalité est attendue grâce au dépistage organisé. Le cancer colorectal, qui touche le côlon et le rectum, est le troisième cancer le plus fréquent en France et le deuxième le plus meurtrier, avec plus de 17 500 décès par an. En France, plus de 42 000 personnes sont touchées chaque année, dont 18 900 femmes et 23 200 hommes. Comme 95 % des cas de cancer colorectal surviennent après 50 ans, le dépistage organisé concerne les femmes et les hommes de 50 à 74 ans. Les personnes de cette tranche d’âge reçoivent un courrier de l’Assurance maladie les invitant à retirer le test auprès de leur médecin généraliste. Ce dépistage doit être effectué tous les deux ans. Dans neuf cas sur dix, le cancer colorectal peut être guéri s’il est détecté tôt.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)