Démarche stratégique de la Mucs : cap sur de nouveaux services

, par  Mutuelle Mucs

Le monde de la complémentaire santé connaît une mutation accélérée. La diminution massive de ses acteurs se poursuit. Certains annoncent même que, dans peu d’années, seules une dizaine de mutuelles resteraient aux prises avec quelques « majors » de la bancassurance. Pour sa part, la Mucs entend faire mentir ces prévisions. D’où la mise en chantier d’un plan stratégique 2014-2018, qui devrait être validé par ses délégués lors de l’assemblée générale de mai prochain.

L’ébullition du marché des complémentaires, chacun peut la constater avec la profusion de publicités actuellement diffusées par les médias, frisant la publicité mensongère tant elles relèvent du produit d’appel d’un panier de services souvent fort restreint. Elle recouvre une réduction effrénée des coûts de gestion basée sur l’accroissement des adhérents par centaines de milliers et, depuis peu, par millions. Ce sauve-qui-peut de beaucoup d’opérateurs a d’abord pour cause la hausse des dépenses de santé pour pallier le désengagement de la Sécurité sociale et stabiliser le reste à charge du mutualiste. Et c’est aussi, après la crise, l’exigence européenne de ratios accrus de fonds propres dépassant la structure financière de nombre de mutuelles.

Un développement d’abord qualitatif

L’ampleur de son patrimoine, constitué sur plus d’un siècle et demi, permet à la Mucs d’adopter des solutions de développement plus respectueuses du devenir de ses offres mutualistes. Partant d’une taille modeste de 1 500 adhérents, elle a en 2012 adopté un objectif de quasi triplement de son effectif à échéance de 2015. Objectif tenu fin 2013, avec près de 700 nouveaux adhérents issus du réseau des Scop, et cela sans recourir aux dérives de la concurrence, qui n’hésite pas à discriminer davantage selon l’âge ou la situation familiale ou professionnelle.
Mais au-delà de la couverture d’un nombre grandissant d’adhérents qui permet une mutualisation efficace, la mutuelle ­souhaite proposer une offre différenciée, innovante, apportant une réelle valeur ajoutée par rapport à ses concurrentes, et ce toujours dans le respect des valeurs mutualistes qui l’animent.

De nouveaux domaines d’activité

Jusqu’à présent, l’activité de la Mucs était essentiellement consacrée à la complémentaire santé, pour les individuels et les entreprises, et en complément à la gestion de son patrimoine immobilier. Aujourd’hui, trois nouveaux domaines d’activité sont projetés : une offre de prévoyance pour les entreprises et les individuels, un ensemble de services santé innovants pour tous les­ adhérents et, enfin, des actions pilotes de mécénat dans le domaine de la santé.
En complétant sa palette de services par des offres de prévoyance, la mutuelle poursuivra avec ­cohérence sa vocation première : protéger et soutenir ses adhérents tout au long de leur vie.
Les services santé innovants, qui peuvent être de nature technologique, mais pas seulement, lui permettront de satisfaire les besoins de ses adhérents notamment sur deux axes :
• un accès renforcé à l’information et aux soins ;
• un appui toujours plus fort du malade et de sa famille, qui s’étend au-delà de la simple prise en charge des frais de santé.
Pour concrétiser cette ambition, la Mucs envisage dès à présent des partenariats porteurs, avec des acteurs de ­différents horizons.

Le maintien d’une ambition éthique

Enfin, en écho à son passé de société ­philanthropique, la mutuelle souhaite aujourd’hui réactiver cet aspect de son activité pour soutenir, voire impulser, des projets novateurs et altruistes dans le domaine de la santé. En tant que mécène, la Mucs sera en mesure de récolter des dons et de les allouer aux projets qu’elle jugera les plus innovants.
Bien évidemment, chaque composante de ce plan stratégique est débattue au sein des instances dirigeantes de la mutuelle : commission stratégie, bureau et conseil d’administration. Ainsi, sous le contrôle in fine de son assemblée générale, la Mucs prendra, modestement, sa part à la définition du système de santé de demain.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS