Cultiver la bonne humeur pour éviter la dépression

, par  Delphine Delarue

« La dépression se guérit et la bonne humeur s’entretient », affirme le professeur Michel Lejoyeux, chef des services de psychiatrie et d’addictologie aux hôpitaux Bichat et Maison-Blanche, à Paris, et auteur du livre Réveillez vos désirs*, paru récemment. Dans cet ouvrage, véritable ode aux bienfaits de l’optimisme, le professeur donne des pistes concrètes pour écarter la sinistrose. « Il s’agit de présenter un style de vie où l’on redéfinit ses priorités, une façon de se repositionner qui va permettre, globalement, de mieux résister à la dépression. C’est une sorte de technique de prévention », explique-t-il. De la même manière que l’on entretient sa forme physique en faisant du jogging, l’idée est de cultiver son bien-être mental avec des exercices et des expériences positives. Des exemples ? « Savoir se faire plaisir en s’offrant de petits cadeaux, réussir à faire des compliments et dire des mots gentils plus souvent au lieu de râler, hiérarchiser ses envies, ne plus écouter cette petite voix interne qui nous culpabilise dès que l’on prend un moment de plaisir, ne pas hésiter à partir en vacances... Tout cela participe à nous faire entrer dans une dynamique plus optimiste. C’est le principe de la psychologie positive : on fait un peu d’effort sur soi et c’est payant, parce que c’est comme ça que l’on retrouve une relation positive au monde. »
* Réveillez vos désirs, du professeur Michel Lejoyeux. Plon (18,50 euros, 272 pages).

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)