Cultiver la bonne humeur pour éviter la dépression

, par  Delphine Delarue

« La dépression se guérit et la bonne humeur s’entretient », affirme le professeur Michel Lejoyeux, chef des services de psychiatrie et d’addictologie aux hôpitaux Bichat et Maison-Blanche, à Paris, et auteur du livre Réveillez vos désirs*, paru récemment. Dans cet ouvrage, véritable ode aux bienfaits de l’optimisme, le professeur donne des pistes concrètes pour écarter la sinistrose. « Il s’agit de présenter un style de vie où l’on redéfinit ses priorités, une façon de se repositionner qui va permettre, globalement, de mieux résister à la dépression. C’est une sorte de technique de prévention », explique-t-il. De la même manière que l’on entretient sa forme physique en faisant du jogging, l’idée est de cultiver son bien-être mental avec des exercices et des expériences positives. Des exemples ? « Savoir se faire plaisir en s’offrant de petits cadeaux, réussir à faire des compliments et dire des mots gentils plus souvent au lieu de râler, hiérarchiser ses envies, ne plus écouter cette petite voix interne qui nous culpabilise dès que l’on prend un moment de plaisir, ne pas hésiter à partir en vacances... Tout cela participe à nous faire entrer dans une dynamique plus optimiste. C’est le principe de la psychologie positive : on fait un peu d’effort sur soi et c’est payant, parce que c’est comme ça que l’on retrouve une relation positive au monde. »
* Réveillez vos désirs, du professeur Michel Lejoyeux. Plon (18,50 euros, 272 pages).

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)