Variants du Covid-19 : que sait-on ?

, par  Isabelle Coston

Depuis mi-décembre, le monde entier scrute la progression d’un variant du Sars-CoV-2 qui a fait son apparition pour la première fois au Royaume-Uni. Récemment, deux autres mutations du virus soulèvent aussi des inquiétudes.

Le nouveau coronavirus responsable de la pandémie de Covid-19 a connu depuis sa première apparition en octobre 2019 à Wuhan, en Chine, de nombreuses mutations. Mais le 14 décembre dernier, les autorités sanitaires du Royaume-Uni ont alerté l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de l’émergence d’un variant extrêmement contagieux. Un autre variant, surveillé de près par le milieu scientifique, a été identifié en Afrique du Sud le 18 décembre 2020. Enfin, au Japon, un troisième a été détecté, le 13 janvier, chez quatre personnes de retour du Brésil. Quelles sont ces trois nouvelles formes du Sars-CoV-2 ? À quoi doit-on s’attendre ?

Une contagiosité accrue

Ces trois variants ont pour points communs certaines mutations clés sur la protéine spike (les spicules qui hérissent sa surface), qui permet au Sars-CoV-2 de pénétrer dans les cellules de l’organisme. S’ils inquiètent particulièrement le monde scientifique, c’est parce que ces nouvelles mutations les ont rendus plus transmissibles. Ils seraient en effet responsables de la recrudescence des cas dans plusieurs pays. D’après les données de l’Inserm, le virus britannique pourrait avoir acquis une capacité de transmission entre 50 % et 70 % supérieure à la souche de référence. Sa virulence, elle, reste la même et l’on ne sait pas encore s’il existe une immunité croisée entre ce variant et les souches précédentes, du fait du faible nombre de réinfections identifiées. Dénommé 501Y.V2, le variant sud-africain est très rapidement devenu dominant dans le pays, qui fait face à une troisième vague particulièrement forte. S’il porte la même mutation que son cousin britannique, il en a également une autre, appelée E484K, qui semble lui permettre d’échapper, au moins en partie, aux anticorps les plus efficaces fabriqués par les patients guéris. Rien n’indique cependant que sa virulence soit augmentée. Quant au troisième variant détecté au Japon chez quatre personnes de retour du Brésil, on dispose encore de très peu d’informations à son sujet, si ce n’est qu’il comporte plusieurs des mutations identifiées sur le variant sud-africain.

L’efficacité des vaccins remise en question ?

Et si les vaccins n’étaient plus assez efficaces face à ces nouveaux variants ? C’est la question qui effraie tout le monde. En fait, ces mutations ne modifieraient pas de façon majeure la capacité du virus à être reconnu par le système immunitaire, ce qui serait une bonne nouvelle pour les vaccins existants, mais cette information reste à confirmer par les expérimentations en laboratoire. Par ailleurs, les fabricants de vaccins comme Pfizer affirment qu’ils seraient capables de fournir une nouvelle version du vaccin en moins de six semaines, car il suffirait de changer une protéine. Un simple ajustement sur la chaîne de production permettrait donc de poursuivre la vaccination des populations. Mais si les vaccins sont modifiés, faudrait-il alors refaire les essais cliniques, ce qui retarderait considérablement leur mise à disposition ? Beaucoup d’inconnues demeurent, mais une chose est sûre : les mesures individuelles et collectives de protection pour limiter la circulation du virus, notamment le port du masque, les gestes barrières et la distanciation sociale, sont plus que jamais essentielles.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)