Covid-19 : des symptômes persistants dans un tiers des cas


, par  Delphine Delarue

Chez certaines personnes atteintes de formes de la Covid-19 n’ayant pas nécessité d’hospitalisation, les symptômes se poursuivent sur une longue période. Selon des chercheurs de l’université de Genève, 33 % des patients continuent à souffrir de fatigue, d’essoufflement, de toux, de perte de l’odorat et du goût six semaines après le diagnostic, même sans facteurs de risque sous-jacents.

En quelques mois, les connaissances médicales et scientifiques autour du Sars-CoV-2 ont considérablement évolué. Pourtant, plusieurs aspects de la maladie demeurent mystérieux et notamment ces formes de Covid long qui persistent plusieurs semaines après le diagnostic chez certains patients. Pour mieux comprendre ce phénomène, une équipe de médecins et d’épidémiologistes de l’Université de Genève (UNIGE), des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de la direction générale de la santé de l’État de Genève ont suivi près de 700 personnes positives à la Covid-19 n’ayant pas nécessité d’hospitalisation.

Six semaines après le diagnostic, 33 % de ces patients souffraient encore de symptômes, dont 14 % de fatigue, 9 % d’essoufflement, 12 % de perte de goût et d’odorat, 6 % de toux persistante et 3 % de maux de tête. À noter que ces personnes « pour la majorité d’entre elles, [ne souffraient] ni de facteurs de risque particuliers, ni d’une forme grave de la maladie », précise, dans un communiqué, le professeur Idris Guessous, épidémiologiste, médecin-chef du service de médecine de premier recours des HUG et directeur de ces travaux publiés dans la revue Anals of Internal Medicine.

Inquiétude des patients
« Outre la pénibilité physique de leurs symptômes, beaucoup [de ces patients] étaient très inquiets de savoir combien de temps allaient durer leurs symptômes, ajoute le docteur Mayssam Nehme, première auteure de l’étude. Certaines séquelles demeurent d’ailleurs sans réponse médicale claire. Dans l’état actuel des connaissances, il est important d’accompagner les personnes concernées et de les écouter. »

Les chercheurs appellent à une prise de conscience pour que chacun, et notamment les employeurs et les assurances, se rende bien compte que « même des personnes a priori en bonne santé peuvent se trouver épuisées par la Covid-19, même plusieurs semaines ou mois après l’infection ».
Selon eux, la persistance des symptômes doit être reconnue pour « d’une part, légitimer les préoccupations des patients face à une maladie nouvelle et inconnue et, d’autre part, optimiser leur prise en charge. » L’étude doit se poursuivre pour mieux observer et comprendre l’évolution à long terme de ces malades, avec suivi de la cohorte à 3 mois, 7 mois et 12 mois après le diagnostic initial.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.