Covid-19 : la Haute autorité de santé dévoile sa stratégie de vaccination

, par  Léa Vandeputte

En vue de l’arrivée du vaccin contre le coronavirus, la Haute autorité de santé (HAS) préconise la mise en place d’un plan en plusieurs phases. L’objectif est de proposer l’injection en priorité aux personnes les plus susceptibles de développer une forme grave et les plus exposées au virus.

La HAS a présenté lundi 30 novembre 2020 ses recommandations pour la vaccination contre la Covid-19. Si elle ne préconise pas de la rendre obligatoire, elle a toutefois élaboré une stratégie par phase et par ordre de priorité. Cette dernière doit permettre de « réduire les hospitalisations et les décès et maintenir les activités essentielles du pays, particulièrement celles du système de santé pendant l’épidémie. » La HAS, qui s’était déjà prononcée sur le sujet le 28 juillet dernier, a actualisé son avis initial au vu des nouvelles données disponibles sur l’évolution de l’épidémie et sur les différents candidats vaccins.

Cibler les publics prioritaires

Pour anticiper les délais de fabrication des vaccins et les difficultés d’approvisionnement, la HAS a défini des personnes prioritaires en sélectionnant deux critères : le risque de faire une forme grave de la Covid-19 et l’exposition au virus. « Les deux facteurs de risque de forme grave les plus importants sont l’âge avant tout, ainsi que la présence de comorbidités », détaille l’institution, qui a listé un certain nombre d’affections. Les Français atteints d’obésité (avec un indice de masse corporelle – IMC – supérieur à 30), de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), d’insuffisance respiratoire, d’hypertension artérielle compliquée, d’insuffisance cardiaque, de diabète de types 1 et 2, d’insuffisance rénale chronique, de cancer de moins de trois ans, de trisomie 21 ou qui ont subi une transplantation d’organe ou de cellules souches hématopoïétiques seront ainsi prioritaires. « D’autres pathologies ou forme de handicap pourront être intégrées au fur et à mesure de l’acquisition des connaissances », précise la HAS. Concernant le risque d’exposition, « les professionnels de santé médicaux, les paramédicaux et auxiliaires médicaux, les brancardiers ainsi que les travailleurs sociaux et les personnels du secteur des services à la personne susceptibles d’accueillir et d’être en contact avec des patients infectés par le SARS-CoV-2 » ont été identifiés.

Cinq étapes de développement

La stratégie préconisée repose sur cinq phases de vaccination progressives. Étape 1 : les premières doses disponibles en France doivent être réservées aux personnes âgées vivant dans les établissements collectifs comme dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), mais aussi aux professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire qui sont « en contact régulier et prolongé avec des personnes infectées tout en présentant eux-mêmes un risque de forme grave ». La deuxième étape concerne « les personnes ayant plus de 75 ans ; puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité ; puis les autres personnes de 65-74 ans ; les professionnels de la santé, du médico-social et du transport sanitaire en priorisant les salariés de plus de 50 ans ou présentant un risque de forme grave ». La troisième étape cible les personnes de tous âges pouvant développer une forme grave et les professionnels « de secteurs indispensables au fonctionnement du pays (éducation et sécurité notamment) ». En quatrième étape, l’institution recommande de vacciner les personnes fortement exposées au virus (en contact régulier avec le public, travaillant en milieu clos...) mais aussi les personnes vulnérables et précaires. Enfin, les personnes de plus de 18 ans sans risque particulier pourront recevoir le vaccin lors de la cinquième et dernière phase. « Ces recommandations seront à actualiser et à adapter en fonction des données sur chaque vaccin, de leur disponibilité effective et des tensions éventuelles sur l’approvisionnement », prévient cependant la Haute autorité de santé.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)