Coronavirus : le point sur la situation

, par  Léa Vandeputte

Le Covid-19 continue de se propager et on dénombre 82 700 cas dans le monde. En Europe, c’est notre voisin, l’Italie, qui est le pays le plus touché. Pour freiner la diffusion du virus, le gouvernement français a décidé de prendre des mesures.

« Ce soir, nous faisons face à une augmentation sensible du nombre de cas sur notre territoire : 38 cas à 19 heures, a annoncé le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, lors de son point presse quotidien du 27 février 2020. Plusieurs investigations sont toujours en cours, susceptibles de faire évoluer ce bilan d’ici demain soir. » La veille, le site du gouvernement indiquait encore : « Depuis le 24 janvier 2020, la France compte 18 cas de coronavirus Covid-19 confirmés. Cinq patients atteints de coronavirus Covid-19 sont hospitalisés au 26 février. Onze personnes ont été soignées et sont sorties de l’hôpital. Deux patients sont décédés, un patient chinois de 80 ans le 14 février et un Français de 60 ans le 26 février. »

Ne pas céder à la panique

Si pour l’heure, la France reste relativement épargnée, ce n’est pas le cas de l’Italie où 450 cas ont été comptabilisés dont 12 décès. Cette situation inquiète de plus en plus la population européenne d’autant que l’origine de la contamination n’est pas encore clairement déterminée. « L’augmentation soudaine des cas en Italie, en République islamique ‎d’Iran et en République de Corée est extrêmement préoccupante », concédait, dans son allocution du 24 février, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avant de tempérer : « Pour l’heure, nous n’assistons pas à la propagation mondiale ‎incontrôlée de ce virus, et nous n’assistons pas au développement à ‎grande échelle des formes sévères de la maladie ou du nombre de ‎morts.‎ » « Nous faisons face à une menace commune, a-t-il ajouté. Nous ne pouvons ‎l’affronter qu’ensemble, et nous ne pouvons la vaincre qu’ensemble.‎ »

Des mesures de lutte

En France, un plan gouvernemental contre une possible épidémie a été mis en place : 138 établissements de santé sont en alerte et «  plus de 1 500 tests virologiques peuvent être effectués chaque jour », a confirmé le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la santé. Pour protéger les professionnels de santé qui prennent en charge les potentiels malades, le ministre de la Santé a ainsi « déstocké 15 millions de masques anti-projection, issus du stock national, qui seront répartis dans toutes les pharmacies d’officines du territoire national » pour être distribués. Olivier Véran a également indiqué que les personnes revenant de Chine, de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran, ou des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, pour lesquelles il est recommandé d’éviter de se rendre au travail ou à l’école dans les 14 jours qui suivent leur retour, « pourront bénéficier, pendant une durée maximale de 20 jours, d’un arrêt de travail et d’indemnités journalières versées par l’Assurance maladie, sans délai de carence ». Les parents dont l’enfant fait l’objet d’une mesure d’isolement sont également concernés.

Se laver les mains : le bon geste

Pour se protéger à titre individuel, le port du masque chirurgical par les personnes qui ne sont pas malades ou qui n’ont pas voyagé dans les zones touchées par le virus « n’est pas recommandé et son efficacité n’est pas démontrée », rappelle le gouvernement. Seuls les gestes « barrières » permettent de se protéger soi-même ainsi que son entourage : « se laver les mains régulièrement ; tousser ou éternuer dans son coude ; utiliser des mouchoirs à usage unique, porter un masque quand on est malade ». Concernant les déplacements, le ministère des Affaires étrangères déconseille de se rendre en Chine et préconise de « reporter tous les déplacements non essentiels dans les régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, en Corée du Sud, en Iran et à Singapour ». En cas de fièvre, de toux, ou de difficultés à respirer chez les voyageurs, les autorités sanitaires recommandent de contacter rapidement le Samu (15) et de ne pas se rendre directement chez le médecin, ni aux urgences de l’hôpital. Enfin, pour répondre aux questions des Français sur le virus, un numéro vert – le 08 00 13 00 00 – est disponible tous les jours de 8 heures à 21 heures.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

ARTICLES RÉCENTS