Contour ou intra ?

, par  Patricia Riveccio

Une aide auditive se compose toujours d’un micro, d’un amplificateur et d’un haut-parleur. C’est la taille et la forme de votre oreille ainsi que votre degré de perte auditive qui vont déterminer l’appareil vous convenant le mieux.
-> Le contour d’oreille : c’est le plus utilisé. Le boîtier, dans lequel se trouvent le micro, l’écouteur et l’amplificateur, se place derrière le pavillon de l’oreille et est relié au conduit auditif par un embout. Il s’adapte à toutes les baisses d’audition, des plus légères aux plus profondes. On le conseille particulièrement en cas de sécrétions importantes de cérumen. L’open fit, un contour d’oreille beaucoup plus discret que le modèle classique, convient aux patients souffrant d’une perte d’audition légère et permet d’éviter la sensation d’oreille bouchée parfois ressentie avec d’autres prothèses.
-> L’intra-auriculaire : on le fabrique sur mesure, à partir d’un moulage de l’oreille. Il est minuscule, car toute l’électronique se trouve dans la coque logée à l’intérieur du conduit auditif. Seul un fil invisible permet de l’extraire. Le conduit ne doit pas être trop étroit, ni la surdité trop importante. Cet appareil est en outre déconseillé aux personnes produisant trop de cérumen.
A savoir : les aides auditives peuvent compenser un déficit de l’audition, en rendant l’écoute plus facile et plus confortable, mais ne permettent pas de retrouver une capacité auditive « normale ».

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)