Contamination, infection, maladie… : ce que disent les chiffres du sida

, par  Aude Malaret

En 2012, environ 6 400 personnes ont découvert leur séropositivité, révèle l’Institut de veille sanitaire (INVS) dans son dernier « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH), paru le 1er avril. De nouvelles données qui ne manqueront pas d’être évoquées pendant le Sidaction, les 4, 5 et 6 avril. Françoise Cazein, épidémiologiste au département des maladies infectieuses de l’INVS et coauteure de l’article « Découvertes de séropositivité VIH et sida, France 2003-2012 », nous aide à comprendre et à interpréter ces données sur le sida.

6 372, c’est le nombre de personnes qui ont découvert en 2012 qu’elles étaient séropositives, selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (INVS), publié le 1er avril. Les nouvelles contaminations sur une année sont elles estimées à environ 6 000, tandis qu’environ 1 500 personnes ont développé une pathologie sida. Trois chiffres qui correspondent chacun à un moment différent dans la maladie. Et à chaque étape, le nombre de personnes concernées peut être évalué.

L’histoire d’une personne contaminée, c’est…

« Prenons l’histoire d’une personne contaminée par le VIH, résume Françoise Cazein, épidémiologiste au département des maladies infectieuses de l’INVS et coauteure de l’article « Découvertes de séropositivité VIH et sida, France 2003-2012 ». A une date 1, elle est contaminée (nombre de contaminations). A à une date 2, cette personne est diagnostiquée : elle fait une prise de sang et le biologiste constate qu’elle est infectée par le virus (nombre de découvertes de séropositivité). Si cette personne n’est pas prise en charge, et ne reçoit donc pas de traitement dans un certain délai, elle va développer les pathologies sida, c’est-à-dire le stade final de la maladie, avec l’apparition d’un certain nombre de maladies opportunistes (nombre de personnes atteintes d’une pathologie sida). »

VIH et sida, ce n’est pas la même chose

Deux chiffres existent donc, l’un pour le VIH, l’autre pour le sida. Mais alors, ce n’est pas la même chose ? Non effectivement, rappelle Françoise Cazein : « La confusion est souvent faite entre VIH et sida, mais ces deux termes ne sont pas synonymes. L’infection au VIH, c’est lorsqu’un individu a été contaminé par le virus, mais il peut rester sans symptôme pendant plusieurs années. Le sida est le stade avancé de l’infection par le VIH, en général plusieurs années après la contamination, quand la personne développe des maladies graves, opportunistes. »

Compter ou estimer : les deux méthodes sont utilisées

Compter le nombre de personnes qui découvrent chaque année leur séropositivité semble chose faisable, elles étaient 6 372 en 2012. D’autant que depuis 2003 les personnels de santé ont l’obligation de déclarer chaque nouveau cas. « Quand une personne est diagnostiquée, le biologiste qui a fait la prise de sang et trouvé le résultat positif ou le médecin qui a prescrit la sérologie au patient sont censés déclarer le diagnostic, explique la chercheuse. On a donc une source de données, qui est la déclaration obligatoire. » Concernant le nombre de personnes ayant développé le sida (1 507 en 2010), le principe est le même : à chaque nouveau diagnostic, une déclaration est faite. Reste le nombre de contaminations annuelles… Et là, ce n’est qu’une « estimation obtenue par un modèle mathématique », indique-t-elle. Impossible, en effet, de savoir chaque jour qui est contaminé.

Mieux comprendre pour mieux alerter

« Cette étude donne des indications sur les modes de contamination (les personnes ont-elles été contaminées lors de rapports homosexuels ou hétérosexuels ? Quelle est la part des contaminations par usage de drogue ?) et des informations sur le caractère précoce ou tardif du diagnostic, souligne l’épidémiologiste. Suivre l’évolution des modes de contamination, identifier le moment du diagnostic, cela permet d’orienter les politiques de prévention et d’incitation au dépistage, de planifier les prises en charge médicales. » Si les politiques publiques ont recommandé pendant des années de dépister les personnes à risque, un changement se dessine avec la recommandation d’élargir le dépistage à l’ensemble de la population, car c’est « en améliorant les dépistages précoces, puis la prise en charge que l’on peut faire diminuer les cas de sida ».

Sources
- « Sida : 1 500 nouveaux cas en 2012, 88 000 depuis le début de l’épidémie », Amélie Pelletier, News.doctissimo.fr, 1er avril 2014.
- « Sida : une nouvelle contamination sur cinq survient après 50 ans », Afsané Sabouhi, Pourquoidocteur.fr, 1er avril 2014.
- « Sida : les découvertes de séropositivité ne diminuent pas en France », Liberation.fr, 1er avril 2014.
- « Sida : la France en état stationnaire », Eric Favereau, Liberation.fr, 31 mars 2014.
- « Découvertes de séropositivité VIH et sida, France 2003-2012 », Institut de veille sanitaire (INVS).

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS