Comment faire reconnaître une maladie professionnelle ?

, par  Delphine Delarue

Pour être reconnue comme maladie professionnelle, une pathologie doit figurer dans l’un des 117 tableaux de la Sécurité sociale. C’est au salarié de faire constater sa maladie par un certificat médical établi par un médecin. Il doit ensuite envoyer ce certificat, accompagné du formulaire de déclaration de maladie professionnelle (téléchargeable sur Ameli.fr), à la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) dans les deux ans qui suivent le diagnostic. La Cnam instruit la demande dans un délai de trois à six mois. Si elle émet un avis favorable, le salarié intègre le régime des prestations «  Accidents, maladies professionnelles  ». Il pourra percevoir une indemnité calculée en fonction de son taux d’incapacité et de son salaire. Si sa demande est rejetée, elle sera envoyée automatiquement au comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP), qui étudie les dossiers au cas par cas. Si l’Assurance maladie ne reconnaît pas le caractère professionnel de la maladie, le salarié pourra s’adresser à la commission de recours amiable (CRA), puis, éventuellement, saisir le tribunal des affaires de sécurité sociale.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)