Clinique ou hôpital : du simple au double dans la prise en charge médicale

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Dans la prise en charge des actes de médecine, de chirurgie et d’obstétrique, l’hôpital est près de deux fois plus cher que la clinique, selon l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (Atih). Un écart qui s’explique notamment par la diversité et la complexité des interventions traitées dans le public.

2 115 euros pour les centres hospitaliers contre 1 204 euros pour les cliniques, c’est le grand écart de la prise en charge des actes médicaux en 2012, selon le rapport de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (Atih) publié le 21 juillet dernier*. Ces chiffres correspondent « aux ressources mobilisées par l’établissement pour la prise en charge d’un patient, et non au coût pour l’Assurance maladie », précise l’Atih, qui souligne le fossé en chirurgie ambulatoire où la prise en charge coûte 1 300 euros en moyenne dans le public, contre 900 euros dans le privé. Quant aux séjours chirurgicaux pour une intervention lourde, les tarifs s’envolent, respectivement, à 16 650 et 8 000 euros. Une disparité qu’explique Grégoire de Lagasnerie, économiste de la santé, dans les colonnes d’Allodocteurs.fr : « A l’hôpital, le plateau technique est plus complet et les cas sont plus diversifiés, alors que dans une clinique, tout est programmé à l’avance. »

2 600 euros pour un accouchement

Les écarts sont moindres dans l’obstétrique : environ 200 euros, l’ hôpital affichant pour un accouchement par voie basse sans complication 2 330 euros et la clinique 2 151 euros. C’est une autre histoire pour la césarienne avec complication, qui coûte 5 857 euros dans le public, contre 4 145 euros dans le privé. « Les écarts de coûts entre les deux secteurs sont plus importants sur les séjours avec complications. En effet, […] les grossesses à haut risque sont prises en charge dans le secteur public, et plus particulièrement dans les CHU », précise l’agence.
Pour réaliser son rapport, cette dernière s’est basée sur les données de trente-six établissements publics (quatorze centres hospitaliers régionaux, dix-neuf petits hôpitaux et trois centres de lutte contre le cancer), de dix établissements à but non lucratif et de vingt-quatre cliniques. Honoraires des médecins, médicaments, accueil, sous-traitance en laboratoire et en imagerie ou actes techniques…, les différents postes ont été analysés à la loupe pour ce panorama très complet, que l’on trouve en ligne sur le site Atih.sante.fr.

* Les services de soins de suite et de réadaptation, la psychiatrie et l’hospitalisation à domicile n’ont pas été intégrés à cette étude. Seuls les actes de médecine, de chirurgie et d’obstétrique ont été pris en compte.

 

Sources
- « Les coûts des prises en charge à l’hôpital en médecine, en chirurgie et en obstétrique », rapport de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (Atih), 21 juillet 2014.
- « Actes médicaux : très cher hôpital… », Victoire Maynial, Allodocteurs.fr, 22 juillet 2014.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

ARTICLES RÉCENTS