Choc toxique : mieux prévenir les risques dus aux tampons et coupes menstruelles

, par  Isabelle Coston

Lié à la mauvaise utilisation de tampons hygiéniques ou coupes menstruelles, le syndrome de choc toxique (SCT) peut entraîner de graves séquelles. Pour prévenir ce risque, rare mais grave, les autorités sanitaires donnent leurs recommandations.

Alors que le 9 janvier dernier, une adolescente belge décédait suite à un choc toxique dû au port de tampons, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié, lundi 20 janvier, un avis complémentaire à son rapport sur la sécurité des protections intimes de 2018. L’agence y demande aux fabricants de mieux informer professionnels de santé et utilisatrices de protections périodiques sur les risques d’infection. Ce risque, appelé syndrome de choc toxique menstruel (SCT) « concerne les protections périodiques internes (tampons, coupes menstruelles, …) », précise l’Anses. Une vingtaine de femmes sont victimes chaque année en France du SCT, mais le nombre de cas déclarés serait inférieur à la réalité, observe l’autorité sanitaire. Cette maladie causée par une infection bactérienne au staphylocoque doré, n’atteint que les femmes porteuses de la souche de staphylocoque impliquée dans le SCT menstruel, soit 1 % à 4 % de la population féminine. Chez ces dernières, un développement important de la bactérie peut alors entraîner la production d’une toxine qui passe dans le sang. Ce risque est principalement dû au fait que les protections internes telles que les tampons ou les coupes menstruelles ont pour effet de bloquer l’écoulement du flux sanguin.

Des informations trop souvent absentes

L’Agence insiste donc sur la nécessité de respecter les règles d’hygiène liées à l’utilisation de ces protections, en particulier de ne pas dépasser la durée de port maximale et de se laver les mains avant chaque changement de protection.

Elle souligne, dans le même temps, l’insuffisance d’information de la part des fabricants qui, trop souvent, ne mentionnent pas ces recommandations d’utilisation sur les emballages et omettent — notamment pour les coupes menstruelles « arrivées plus récemment sur le marché » — d’alerter les femmes sur ce risque. Et même si « dans l’état actuel des connaissances, le SCT n’est pas lié au matériau utilisé dans la composition de ces protections », reconnaît l’Anses, elle demande encore une fois aux industriels « d’éliminer ou de réduire au maximum la présence des substances chimiques » retrouvées dans leurs produits. L’Anses déplore qu’« il n’existe pas (dans l’Union européenne, ndlr) de réglementation spécifique encadrant la composition, la fabrication ou l’utilisation des produits de protection intime », à l’image des États-Unis, où les protections périodiques sont considérées comme des dispositifs médicaux et non pas comme des biens de consommation courante.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie. Souvent malmené par les excès d’alcool, de sucre et la sédentarité, cet organe longtemps resté mystérieux peut souffrir en silence (...)

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)