Cet été, protégez la peau des enfants du soleil

, par  Léa Vandeputte

En ce début des vacances, l’Institut national du cancer rappelle aux parents les bons réflexes à adopter pour protéger leurs enfants des dangers de l’exposition aux rayons UV pour la peau.

« Les coups de soleil de l’enfance font les cancers de la peau de l’adulte » : c’est avec cette phrase choc que l’Institut national du cancer (Inca) veut alerter les parents sur les risques de l’exposition solaire chez les plus jeunes. L’institut profite ainsi de ce début des vacances d’été pour lancer une campagne d’information, intitulée « L’ombre, c’est l’endroit le plus cool de l’été ! », qui sera diffusée jusqu’à la mi-août en radio et sur les réseaux sociaux notamment.

80 % des cancers de la peau liés au soleil

Avec plus de 100 000 nouveaux cas chaque année, les cancers de la peau sont les plus fréquents en France. Et dans 80 % des cas, ils sont liés à des expositions excessives au soleil. La forme la plus agressive de ce type de cancer, le mélanome, a même vu son nombre de cas multiplié par 5 entre 1990 et 2018 pour atteindre 15 500 nouveaux cas par an. Heureusement, des gestes simples permettent de limiter le risque de développer un cancer de la peau. L’Inca recommande ainsi de rechercher autant que possible l’ombre, de ne pas s’exposer au soleil aux heures les plus chaudes (de 12 heures à 16 heures en métropole et de 10 heures à 14 heures en Outre-mer), de porter des vêtements couvrants, un chapeau à larges bords et des lunettes de soleil, et enfin, d’appliquer régulièrement une crème solaire d’indice élevé, sur les zones non couvertes.

Mettre fin aux idées reçues

Les risques liés aux rayonnements UV demeurent mal connus par les parents, selon les résultats d’un sondage, mené par BVA en mai 2022 pour l’Inca. Ils ne sont que 12 % à identifier l’enfance comme une période plus à risque pour la peau en cas d’exposition intense au soleil. Près de la moitié d’entre eux (45 %) pense même qu’il n’y a pas de période de la vie plus dangereuse que d’autres. « Or, jusqu’à la puberté, la peau est plus fine et le système pigmentaire immature, ce qui la rend plus vulnérable aux effets cancérogènes des rayons UV, rappelle l’Inca. D’ailleurs, il est même recommandé de ne pas exposer les enfants de moins de 3 ans aux rayons UV. » Les gestes de protection sont aussi mal identifiés par les parents : « 58 % d’entre eux pensent que l’application régulière d’une protection solaire, avec un indice élevé, suffit à se protéger efficacement des méfaits du soleil et ils sont 39 % à penser qu’elle permet de s’exposer plus longtemps ». La crème solaire, si elle est utile, n’est qu’un complément au port de vêtement couvrants, chapeau, et lunettes de soleil et à la non-exposition, insiste l’Inca.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)